les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Des premières teintures à cheveux préparées dans une salle de bains en 1907… à L’Oréal, n°1 mondial des cosmétiques en 1957, un spectaculaire parcours de vie pour cet ingénieur chimiste !

 

télécharger cet article

 

Eugène Paul Louis SCHUELLER

Né le 20 mars 1881 à 9h à Paris 6e
Selon acte n°726 – Archives de Paris en ligne – V4 E 3229 – vue 4/15

 Décédé le 23 août 1957 à Ploubazlanec Côtes-du-Nord

 

 

« J'ai été apprenti en même temps qu'écolier et ouvrier en même temps qu'étudiant. »

« Le client, c'est le bon Dieu du commerçant. » (Eugène Schueller)

Engagé tous azimuts, dans les industries de la chimie…

En 1956, il préconise l’impôt proportionnel à l’énergie consommée

Bâtisseur pionnier adapté au contexte ambiant

 

 

« J'ai été apprenti en même temps qu'écolier et ouvrier en même temps qu'étudiant. »

Son père Charles Schueller d’origine alsacienne est boulanger-pâtissier à Paris, rue du Cherche-Midi. Et c’est dans l’arrière-boutique du commerce familial que naît ce futur ingénieur chimiste qui en un demi-siècle va créer un empire industriel né de la teinture pour cheveux.

« La vie était très rude et très dure chez nous et c'est dans cette atmosphère de peine et de travail que j'ai été élevé, avec sous les yeux l'exemple des grands laborieux qu'étaient mes parents. 

Après des études secondaires, il sort lauréat de l’Institut de chimie appliquée de Paris, en 1904.

Dès lors,  il devient assistant à la Sorbonne avant d’être rapidement promu chef-préparateur à la Pharmacie centrale de France.

Dès 1907, dans la salle de bains d’un deux-pièces de la rue d’Alger à Paris, voilà notre ingénieux chimiste qui prépare les 1ères teintures capillaires de synthèse.

 

« Le client, c'est le bon Dieu du commerçant. » (Eugène Schueller)

Pour gagner sa vie avant de devenir chef d’entreprise, cet homme d’affaires qui a la fibre commerçante, se fait vendeur d’étoffes, colporteur…

1909, année faste pour Eugène Schueller qui fonde le 30 juillet la Société française de teintures inoffensives pour cheveux qui deviendra L’Oréal et  se marie le 26 octobre avec Louise Doncieux dont il aura sa fille Liliane.

Habile à inventer les teintures que les dames attendent pour suivre la mode, Eugène Schueller saisit vite l’intérêt de la réclame, outil n°1 pour réussir en affaires. C’est pourquoi, dès 1912, il rachète la revue La Coiffure à Paris, distribuée dans les salons de coiffure.

Et quand se déclenche la Première Guerre mondiale, il laisse à son épouse les commandes de son entreprise et part servir en tant que sous-lieutenant d’artillerie.

De retour aux manettes de sa société qui a prospéré entretemps, il invente la 1ère teinture rapide puis le shampooing Dopal.


Siège mondial de L’Oréal à Clichy – Wikipédia

 

Engagé tous azimuts, dans les industries de la chimie…

Surfer sur la mode est naturel pour ce pionnier de la publicité moderne qui obtiendra en 1953 l’Oscar de la publicité.

Quand Coco Chanel adopte les coupes courtes et colorées avec l’ambre solaire indispensable pour les premiers congés payés, il lance les teintures pour cheveux que les femmes vont adorer.

C’est l’époque du Front populaire où l’éducation à l’hygiène de l’après-guerre l’incite aussi à créer les marques Monsavon et Dop dont l’animateur Zappy Max fera un temps la promotion.

Schueller, en chimiste inspiré, exerce aussi des responsabilités, entre autres, dans les peintures Valentine, la Société industrielle de Celluloïd, la Société générale des matières plastiques, la Société anonyme des Pellicules françaises (PLAVIC Films) à laquelle sont associés les Frères Lumière

Côté vie politique, Eugène Schueller apporte des fonds personnels au groupe clandestin d’extrême-droite surnommé La Cagoule et en 1940, en accord avec les autorités allemandes, il cofinance et prend des responsabilités dans le Rassemblement national populaire, parti collaborationniste.

Après la Libération, ces engagements en faveur de l’ennemi lui valent d’être interdit d’exercer toute action dirigeante. Mais, défendu par quelques Résistants dont André Bettencourt – son futur gendre- il échappe à toute sanction.


Siège social de L'Oréal au 14 rue Royale à Paris (Classé). Wikipédia

 

En 1956, il préconise l’impôt proportionnel à l’énergie consommée

Fin 1945, Eugène Schueller engage François Mitterrand comme  PDG des Éditions du Rond-Point (magazineVotre Beauté) tandis qu’André Bettencourt rejoint la direction du groupe L’Oréal.

Saisi par le goût du luxe au fil de sa carrière professionnelle, il achète tout sur mesure, possède des voiliers de courses ou des meubles de designer en vogue…

Avec un esprit visionnaire, Eugène Schueller développe une théorie économique dérivée de l’idée d’Adolphe Thiers qui proposait d’asseoir l’impôt sur la quantité de terrain possédée.

Ce chef d’entreprise imagine de baser l’impôt sur la quantité d’énergie consommée et à ce titre publie en 1956 L’impôt sur l’énergie  (Éd. du Rond-Point). Mais il n’a pas le temps de promouvoir davantage cette idée car la mort l’emporte l’année suivante.

Il sera inhumé au cimetière du Père-Lachaise.

Ce principe est à la base de Taxe Intérieure de consommation sur les produits pétroliers (TIPP) qui montera en puissance lors du 1er choc pétrolier de 1973 avant de devenir en 2011 Taxe Intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE). Pendant un temps, Valéry Giscard d’Estaing ainsi que Zappy Max en seront de fervents soutiens.

En hommage à son père, sa fille Liliane Bettencourt crée en 1958 le Prix Eugène Schueller pour récompenser d’anciens élèves de l’École nationale supérieure de chimie de Paris ayant réalisé des travaux scientifiques majeurs.

 

 

Bâtisseur pionnier adapté au contexte ambiant

S’adapter au contexte ambiant et relever des défis majeurs, tels sont les traits remarquables de la personnalité de Schueller.

Cette adaptabilité tous azimuts chère aux Poissons se trouve ici renforcée par l’ascendant Gémeaux, vif et à l’affût de toute nouveauté.

Cette tournure de caractère opportuniste l’incite même à s’associer un temps avec l’Occupant pendant la Seconde Guerre mondiale.

Œuvrer dans un laboratoire de chimie pour décortiquer les mystères de la matière (maison XII/Bélier /Taureau/plutonisée) c’est ce qui plaît au jeune ingénieur chimiste qui invente la teinture à cheveux.

Son sens terrien (Vénus/Taureau) et son ardeur au travail le poussent à faire prospérer ses affaires  au point de devenir n°1 mondial avec l’Oréal.

Voilà bien le bâtisseur acharné à l’esprit indépendant qui s’active sans relâche avec des idées avant-gardistes.

 

Cette fiche se veut un flash succinct sur une carrière hors du commun !

 


Logiciel Auréas Astro PC Paris

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page