les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Pionnier de la télévision française, animateur et parolier, il est inoubliable dans le paysage audiovisuel du milieu du 20e siècle.
L’émission de variétés 36 chandelles, c’est lui !
Des livres et reportages pour enfants à l’ORTF, c’est encore lui !

 

télécharger cet article

 

Jean NOHAIN
Jean-Marie Pierre Étienne LEGRAND dit…

Né le 16 février 1900 à 19h à Paris 9e
Selon acte n° 229 - Archives de Paris en ligne – V4 E 8863 - vue 10/31

 Décédé le 25 janvier 1981 à Paris 16e
Inhumé au cimetière du Père-Lachaise

 


Jean Nohain – 1939 – Studio Harcourt

 

Combien de temps met le fût du canon pour refroidir ? Réponse : « un certain temps ».

Avec quoi faisons-nous ce bruit ?

Reine d’un jour pour les grands, Quand j’avais 10 ans pour les petits

Né pour le monde de l’audiovisuel , ce créatif enchante tous les publics

 

 

Combien de temps met le fût du canon pour refroidir ? Réponse : « un certain temps ».

Ce qui deviendra un célèbre sketch de Fernand Raynaud, s’inspire en fait du souvenir bien réel de Jean Nohain, jeune engagé dans l’artillerie, qui lors de son instruction militaire en 1918, entend son caporal-chef poser précisément cette question au peloton.

Homme de plume, homme de radio puis de télévision, Jean Nohain garde sa vie durant une âme d’enfant et ses créations de chansons ou de jeux concernent souvent la jeunesse.

Engagé en 1950 à la Radio Télévision  Française (RTF), il vit les balbutiements de l’unique chaîne de télévision française.

Les débuts sont difficiles ; avec une dizaine d’amis, ils filment quelques émissions :

Au début, on se faisait engueuler. Les acteurs, inexpérimentés, étaient affolés devant les caméras. Un jour Marie Bell, venue dire un poème, a oublié son texte et s'est mise à pleurer. Une autre fois, c'est Louis de Funès qui est resté en panne au milieu d'un poème de mon père, « Le Poisson rouge ». Nous avons fait quelques émissions ratées

Fils d’un écrivain, frère de l’acteur Claude Dauphin et filleul du romancier Alfred Jarry, le ton est donné pour Jean Nohain dont les parents reçoivent dans leur appartement du faubourg St-Honoré, notamment, Colette, Maurice Barrès, Maurice Ravel…

Grâce à son père, il délaisse assez vite la profession d’avocat pour celle de journaliste au quotidien l’Echo de Paris où, sous le surnom de Jaboune, il s’occupe de la page pour les enfants.

Puis lui vient l’idée de créer en 1929 un journal pour la jeunesse Benjamin qui attire bientôt 200 000 jeunes lecteurs.

 

Avec quoi faisons-nous ce bruit ?

C’est l’intitulé du jeu radiophonique inventé par le facétieux Jean Nohain.

Il s’agit de reconnaître un bruit (porte qui claque, timbre de bicyclette…). Tout va bien, jusqu’au jour où il fait deviner le bruit de versement d’une carafe dans une cuvette. Comme d’évidence les auditeurs songent tous à quelqu’un qui fait pipi, les plaintes sont nombreuses et l’animateur est congédié par Radiola - 1ère station privée à émettre en France.

Dans les années 30, parolier notamment pour la chanteuse "Mireille", il compose des mélodies pour enfants.

Père de 4 enfants, il est non mobilisable en 1939, mais il s’engage pour combattre et près d’Abbeville, son char saute sur une mine. Parti rejoindre les Forces Françaises Libres à Londres en 1942 puis engagé dans les blindés, en août 1944 il arrive le 1er à la Libération de Paris devant Notre-Dame sur un char d’assaut baptisé Champs Élysées.

Blessé à la mâchoire en novembre 1944, il en gardera une paralysie du visage. C’est pourquoi, il s’efforcera toujours de présenter « son meilleur profil » dans les émissions de télévision.


Jean Nohain en 1969

 

Reine d’un jour pour les grands
Quand j’avais 10 ans pour les petits

Parmi les émissions radiophoniques nées de son esprit fertile, Reine d’un jour  connaît un très grand succès populaire. Elle permet à une Française choisie au hasard de vivre comme une reine le temps d’une journée.

36 chandelles reste dans les mémoires comme émission de variétés télévisée de grande qualité. Animée par Jean Nohain et enregistrée en public dans les plus grandes salles parisiennes, elle est diffusée sur la RTF d’octobre 1952 à juillet 1958. A cette occasion, elle fait découvrir au grand public des artistes comme Fernand Raynaud, Robert Hirsch…

Fin des années 1950, il anime des émissions pour enfants sur Radio-Luxembourg puis à la télévision dans les décennies suivantes, tant sa créativité originale est intarissable.

Quand j’avais 10 ans, est de son cru dès 1960 et connaît un grand succès. C’est la 1ère émission de reportages pour l’enfance à l’ORTF. Ainsi, le jeune public découvre divers sujets considérés avec les questions d’un enfant de 10 ans, par exemple un entretien avec Annie Fratellini.

La bonhommie de ce perpétuel naïf émerveillé par les progrès de la civilisation suscite l’optimisme et une grande popularité à cet animateur qui, dans les années 1970, préfère parcourir la France et animer des galas plutôt que de prendre sa retraite.

Le prix littéraire Jean Nohain est créé en 2004.


Plaque square Alboni

 

 

Né pour le monde de l’audiovisuel , ce créatif enchante tous les publics

Un imaginaire gourmand de tous les sujets afin de créer du merveilleux pour petits et grands : ces mots pourraient résumer le tempérament de Jean Nohain.

A juste titre, on lui trouve une bonhomie agrémentée d’un air de candeur prompt à glaner le merveilleux qui enchante tous les publics.

Il faut dire que la Lune qui habite son ascendant lui donne une  « bouille de gentil » prêt à décrocher des miettes d’étoiles qui font briller les yeux des téléspectateurs.

Par le Verseau, cet humaniste est choisi pour innover, créer de l’inédit avec radio et télévision, nouveaux outils pour distraire et informer le public.

La Vierge lui donne le don de la plume précise et minutieuse pour servir le monde de l’audiovisuel et de la chanson.

Jean Nohain a besoin de vivre au plus près les tensions et le stress du spectacle avec en retour une popularité qui le nourrit. C’est ainsi qu’il continue l’animation de galas au lieu de prendre sa retraite.

Né pour participer au développement du monde audiovisuel, Jean Nohain est un créatif chaleureux au service de tous les publics. 

 

Pour retrouver Jean Nohain dans l’émission « Reine d’un jour » : https://www.youtube.com/watch?v=uScGe6_pUJE

Et le sketch immortalisé par Fernand Raynaud sur « le fût du canon » : https://www.youtube.com/watch?v=AXHIlGvo3mI

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

En astrologie, quel est le profil de l'animateur ?

Pour en savoir plus consulter le lien :

https://www.janinetissot.com/2021/04/29/les-animateurs/

 

 

Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page