les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

L’exploitation de l’énergie nucléaire doit beaucoup à ce physicien auteur de la 1ère pile atomique à uranium enrichi et Prix Nobel de physique en 1938.

 

télécharger cet article

 

Enrico FERMI

Né le 29 septembre 1901 à 19h à Rome Italie
Selon Gauquelin - source Sylvia Tobias via Auréas

 Décédé le 28 novembre 1954 à Chicago USA

 


Enrico Fermi dans les années 1940

 

Après Becquerel et Curie, son nom s’inscrit dans l’histoire de l’énergie nucléaire

Étudiant surdoué, il dévore les ouvrages de physique et de mathématiques

Pour fuir le fascisme, il émigre aux États-Unis en 1939

Fouiller les mystères de la matière et en faire sortir l’énergie invisible

 

 

Après Becquerel et Curie, son nom s’inscrit dans l’histoire de l’énergie nucléaire

Lors du difficile examen d’entrée à l’École Nationale Supérieure de Pise, la qualité de son exposé impressionne fortement le jury. Nous sommes en 1918 et Fermi est âgé de 17 ans.

L’énergie nucléaire, dont l’histoire débute en 1896 avec Henri Becquerel, va connaître grâce aux recherches de Fermi, une avancée déterminante pour son exploitation.

En effet, partant des travaux de Pierre et Marie Curie et de ceux d’autres savants, ce physicien découvre la puissance de l’énergie dégagée par la fission des atomes.

Il réalise la 1ère pile atomique à uranium enrichi et fait partie des maîtres d’œuvres de la 1ère bombe atomique américaine.

Ce physicien de génie, auteur de très nombreux résultats fondamentaux, a le don rare d’être aussi excellent sur le plan expérimental que dans la théorie.

Alors qu’il dirige des recherches à l’Institut de physique de Rome, il accueille en 1926, Ettore Majorana, jeune et fulgurant prodige.

 

Étudiant surdoué, il dévore les ouvrages de physique et de mathématiques

Né d’un père inspecteur-chef au ministère des communications et d’une mère enseignante, il est très lié à son frère Giulio. Ensemble, ils construisent des machines électriques. La douleur du décès prématuré de ce frère pousse Enrico à se jeter avec plus d’intensité encore dans l’étude de la physique et des mathématiques.

Un ami de son père, remarquant ses aptitudes hors du commun, lui prête des ouvrages que le jeune Fermi dévore avidement.

Le baccalauréat en poche, Enrico fréquente à partir d’octobre 1918, l’Université de Pise au sein de l’École Normale Supérieure. Selon son habitude, il étudie seul divers problèmes de physique mathématique et consulte les publications de scientifiques comme Poincaré, Poisson ou Appell.

Dès 1919, il s’intéresse aux nouvelles théories de la relativité ou de la physique atomique et en devient bientôt la référence dans son université où ses professeurs l’invitent à donner des conférences sur les dernières découvertes. Fermi est alors âgé seulement de 18 ans.

 


Enrico Fermi avec son épouse Laura, femme de lettres et militante pour la paix américaine

 

En 1922, il publie son 1er article qui traite de la relativité générale. C’est aussi l’année où il obtient son diplôme de fin d’étude après un mémoire sur la diffraction des rayons X.

En 1924, il est initié à la franc-maçonnerie, au Grand-Orient d’Italie à Rome.

Orienté vers la physique nucléaire à partir de 1932, il développe sa théorie sur l’émission de rayonnement bêta.

Pour sa démonstration de l'existence de nouveaux éléments radioactifs produits par bombardements de neutrons et pour sa découverte des réactions nucléaires créées par les neutrons lents, Enrico Fermi est lauréat du prix Nobel de physique de 1938.

 

Pour fuir le fascisme, il émigre aux États-Unis en 1939

En raison de la montée du fascisme italien, Fermi – dont l’épouse Laura est juive - émigre avec sa famille le 2 janvier 1939 aux États-Unis, où il enseigne à l’Université Columbia à New-York.

Puis à l’Université de Chicago, il travaille à l’élaboration d’une pile atomique, le 1er réacteur nucléaire.

En 1945, il est fait citoyen américain en récompense de ses travaux sur la bombe atomique.

C’est en son honneur qu’un prix Enrico-Fermi sera décerné à partir de 1954 pour récompenser travaux ou avancées exceptionnelles dans le secteur de l’énergétique.

Il passe la fin de sa vie à Chicago avant de décéder à 53 ans d’un cancer à l’estomac.

En hommage à ce physicien italo-américain, un astéroïde découvert en Italie en 1994 porte son nom.

 


Statue de Pluton (vers 1884-1886) par Henri Chapu, située dans le parc du château de Chantilly.

 

 

Fouiller les mystères de la matière et en faire sortir l’énergie invisible

Prospecter les mystères de la matière pour en découvrir l’énergie invisible, voilà la prodigieuse mise en action de l’axe Scorpion-Taureau qui habite Enrico Fermi.

Cette double influence solide lui donne aussi le talent rare d’être excellent aussi bien en théorie qu’en pratique (Vénus-Mars/Scorpion).

Cette influence scorpionnesque, puisée à l’aune mythologique d’Hadès-Pluton dieu des enfers, le conduit à fouiller dans l’inconnu de l’énergie nucléaire, d’en décortiquer le fonctionnement et finalement contribuer à la 1ère  bombe atomique américaine.

A noter que la découverte officielle de la planète Pluton en février 1930 coïncide avec le travail des scientifiques sur l’énergie atomique.

Pour Fermi, tout cela se fait au nom de la science qui lui dicte une avidité de savoir et le besoin d’engager des recherches de grande envergure, où il met une persévérante énergie (Jupiter-Saturne/MC) pour parvenir à une métamorphose de la matière.

Imagination et intuition guident sans cesse sa réflexion et sa curiosité toujours en éveil.

Outre ses recherches personnelles, il est amené nécessairement, par l’ampleur de ses projets à conduire des travaux en équipe (maison VI valorisée). Ce sera le cas tout au long de son parcours de scientifique. C’est une façon de travailler conforme à son tempérament.

 

Ce physicien surdoué semble être né pour métamorphoser l’énergie de l’atome.

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page