Unique dans le monde de l’accordéon populaire du 20e siècle,
Virtuose du piano à bretelles, elle accompagne 11 Tours de France et enchante les foules pendant 70 ans de carrière.

télécharger cet article

 

Yvette  HORNER
Née Yvette Marie Eugénie HORNERE

le 22 septembre 1922 à midi à Tarbes Hautes-Pyrénées 65
Selon données Didier Geslain

 Décédée le 11 juin 2018 à Courbevoie

 

 

2 000 concerts et 150 disques

Des accordéonistes femmes, il n’y en a pas, et là tu te feras une situation !

Phénoménal succès sur le Tour de France de 1952 à 1963

 Je joue avec amour (Yvette Horner)

Une artiste virtuose qui passe sa vie à donner du bonheur…

 

 

2 000 concerts et 150 disques

2 000 concerts, 150 disques diffusés au total à 30 millions d’exemplaires, 70 ans de carrière, ces chiffres en disent long sur la popularité de cette accordéoniste qui écrit des pages inoubliables du Tour de France des années 1950.

A 15 ans, elle remporte le Concours international de l’accordéon avec André Beauvois et devant Freddy Balta.

Figure unique de sa génération, cette lauréate de la Coupe mondiale de l’accordéon en 1948 et du Grand prix du disque de l’Académie Charles-Cros en 1950, gardera la nostalgie du piano où elle décroche un 1er prix dès l’âge de 11 ans.

Devenue populaire par le musette, elle aborde durant sa carrière de nombreux styles musicaux : classique, jazz, country et même musique électronique en 1990.

Au cours des années 1980, sa chevelure passe du brun au roux avec d’extravagantes tenues de scène signées du couturier Jean-Paul Gaultier, dont sa célèbre robe Tour Eiffel.

 


Yvette Horner et sa célèbre robe Tour Eiffel

 

Des accordéonistes femmes, il n’y en a pas, et là tu te feras une situation !

Incitée par sa mère à étudier la musique, elle pratique le piano au conservatoire. Avec brio !

Des accordéonistes femmes, il n’y en a pas, et là tu te feras une situation ! Telle est la consigne maternelle qui l’oriente assez vite vers l’accordéon chromatique. D’abord, la fillette en pleure mais au fil du temps Yvette s’en fait une passion à vie.

C’est encore sa mère qui modifiera son patronyme en Horner car cela fait plus commercial !

Célèbre grâce au piano à bretelles, Yvette Horner revient souvent vers sa première passion avec notamment un récital d’œuvres classiques Le Jardin secret d’Yvette Horner enregistré en 1950 et des concerts lors d’émissions télévisées où elle se produit en tant que pianiste.

Après des débuts au Théâtre impérial de Tarbes - qui appartient à sa grand-mère paternelle - elle se produit dans les casinos avant de poursuivre son éducation musicale à Paris où elle s’illustre dans les concours dès l’âge de 15 ans.

Celle qui se dira allergique aux grosses têtes donne son 1er concert dans la capitale à l’âge de 25 ans avant de remporter l’année suivante la Coupe mondiale de l’accordéon en 1948 et le Grand prix international d’accordéon de Paris en 1950.

 


Quand Yvette Horner rythmait le TDF sur le toit d’une Traction ou le capot d’une DS

 

Phénoménal succès sur le Tour de France de 1952 à 1963

Quand l’électroménager Calor, sponsor du Tour de France, lui propose d’accompagner la course, Yvette trentenaire se lance dans l’aventure.

Formidable tremplin pour sa notoriété !

Accordéoniste exceptionnelle coiffée d’un sombrero, la voilà juchée sur le toit d’une Traction Avant ou sur le capot d’une DS…

Un exploit physique pour Yvette Horner qui joue tout au long du parcours ! A l’arrivée de l’étape, après avoir remis brassard et fleurs au vainqueur, elle tâte encore du clavier sur le podium et même le soir avec son orchestre.

La ferveur populaire est phénoménale chez les fans du Tour !

Ils applaudissent les As de la route et se régalent au son de l’accordéon !

Injustement méprisée, cette machine à guincher vaut à elle seule tout un orchestre. Sous les doigts virtuoses de la Reine du bal Yvette Horner, cet instrument sème des brassées de bonheur aux foules !

Que de moments inoubliables de 1952 à 1963 ! Pendant ces 11 années, la grande fête du Tour de France fait swinguer le populaire au son du piano à bretelles de Vévette.

 


En 1969, quand sort la Renault 12, la presse baptise « Yvette Horner » son volant en forme d’accordéon.

 

 Je joue avec amour (Yvette Horner)

A partir des années 1980, en icône branchée et relookée, elle nourrit sa popularité en participant notamment au Bicentenaire de la Révolution place de la Bastille en 1989, avant d’être la vedette d’une revue au Casino de Paris l’année suivante. Elle est sur scène avec Marcel Azzola puis collabore avec le chorégraphe Maurice Béjart dans le ballet Casse-Noisette en 1999.

Après son autobiographie Un biscuit dans la poche en 2005, elle entame un documentaire sur sa vie avec le réalisateur Damian Pettigrew. Un album Double d’or sort en 2007 et en 2009, elle fait partie de la tournée La plus grande guinguette du monde.

Virtuose du clavier et aussi compositrice, elle se marie à un ancien footballeur des Girondins de Bordeaux René Droesch rencontré en 1936 et qui deviendra son manager pour la décharger des soucis matériels. Le couple restera sans enfant au grand regret d’Yvette.

Au terme d’une vie dédiée au piano à bretelles, elle donne son dernier concert en 2011.

Elle n'était pas malade. Elle est morte des suites d'une vie bien remplie. indique son agent Jean-Pierre Brun lors de son décès à l’âge de 95 ans.

 

Retrouver la vie d’Yvette Horner à l’accordéon :

https://actu.orange.fr/societe/videos/deces-de-l-accordeoniste-yvette-horner-a-95-ans-CNT0000019Hgts.html#plmAnchor

 

 

Une artiste virtuose qui passe sa vie à donner du bonheur…

Même si ce choix est contre son gré, l’accordéon qui permet cet art populaire convient bien au tempérament d’Yvette Horner.

Plaire aux petites gens, enchanter le populaire est fait pour cette artiste (Vierge/Scorpion/Balance).

Par nature, elle attire le succès et la sympathie ; elle sait comme personne créer l’ambiance festive et chaleureuse (amas en XI avec Jupiter).

Très intuitive et vite adaptée au contexte, elle a la prodigieuse énergie de ceux qui œuvrent avec amour, passion et humanisme (signes d’eau + Pluton et Uranus). C’est ce qui lui fait dire qu’elle a une allergie aux grosses têtes !

Outre son magnétisme naturel, elle sent tout ce qui peut séduire son public et d’emblée sait donner de la joie.

Artiste ingénieuse et habile jusqu’aux bouts des doigts, elle cultive autant le goût de la perfection que de l’originalité, avec une grande ouverture à tous les styles. Jusqu’au bout de sa vie, elle s’adapte avec un esprit libre et indépendant.

Les défis complexes stimulent son énergie, il en est ainsi lors de ses concerts et surtout ses Tours de France où elle réalise des exploits d’endurance tout au long des étapes à la rencontre des fans de vélo et d’accordéon.

 

Hommage à l’inoubliable Yvette Horner qui, du bout des doigts,

a donné à l’accordéon ses lettres de noblesse populaire !

 

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page