les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

La Marine française doit à ce savant-officier ses 1ères liaisons radio opérationnelles en mer.
Il est l’un des inventeurs de la TSF.

 

télécharger cet article

 

Camille Papin TISSOT

Né le 15 octobre 1868 à 1h du matin à Brest Finistère 29
Selon acte n°1160 – Archives municipales de Brest – 1 E 160 – vue 112

 Décédé le 2 octobre 1917 à Arcachon Gironde 33

 


Source Wikipédia

 

De la 1ère liaison TSF en mer en 1898, à la Tour Eiffel en 1907 pour régler l’heure

Un marin-savant peu navigateur mais serviteur de la Marine nationale

Certaines de ses interventions à l’Académie des Sciences valent brevets d’invention

Des ondes maritimes aux ondes aériennes, par le génie de ce marin-savant

 

 

De la 1ère liaison TSF en mer en 1898, à la Tour Eiffel en 1907 pour régler l’heure

Voici un illustre oublié de l’histoire, à l’image du général Ferrié, Camille Tissot est l’inventeur de la TSF pour la Marine nationale.

Après une 1ère liaison opérationnelle en mer en 1898 faite en présence du ministre de la Marine, il  équipe la Marine nationale de ses 1ers appareils de TSF, en 1900.

Il construit lui-même son matériel avec l’aide d’Édouard Branly et du constructeur Eugène Ducretet pour qui il met au point les appareils.

Parmi les savants français, pionniers de la TSF, Tissot est, dans le domaine de la détection des signaux radio, celui qui a poussé le plus loin les essais en France à partir de 1905.

A la suite de ces essais, en 1907, il démontre l’utilité de la TSF pour transmettre un signal horaire et régler les chronomètres des navires en mer.

Et l’année suivante sur sa proposition, le Bureau des longitudes installe un service d’émission de ces signaux depuis la Tour Eiffel.


Phare du Stiff à Ouessant où en 1902 Camille Tissot fait ses essais radio
– portée de 80 km avec une flotte de 14 navires en mer

 

Un marin-savant peu navigateur mais serviteur de la Marine nationale

La Bretagne, la Marine et l’air du grand large coulent dans les veines de ce Brestois fils de lieutenant de vaisseau. Dans cette famille aisée, il est plutôt élevé par sa mère car son père navigue souvent.

Dès l’âge de 16 ans il entre à l’École navale de Brest, sur recommandation paternelle.

Entre 1887 et 1891, ce marin-savant  navigue beaucoup et embarque successivement pour différentes expéditions et expériences maritimes, avant de poser définitivement sac à terre le 23 janvier 1891.

Sollicité par sa hiérarchie et volontaire pour occuper un poste de physique-chimie, le voilà sédentarisé comme professeur à l’École navale.

Là, il peut vivre à temps plein sa passion pour les sciences héritée de son père.

Officier-professeur, il se consacre à l’étude des oscillations électriques et de leur application dans le domaine maritime. Ce passionné qualifié d’original fait participer ses élèves-officiers à ses expérimentations.


Le navire école Le Borda sur lequel Tissot a fait ses classes

 

Certaines de ses interventions à l’Académie des Sciences valent brevets d’invention

Selon l’exemple paternel, il acquiert successivement ses grades jusqu’à devenir en 1912 capitaine de frégate. L’importance des travaux menés par ce scientifique pour la Marine nationale justifie cette promotion exceptionnelle pour un marin ayant peu navigué.

Tissot socialiste et athée considère que la religion est surtout utile au peuple. Cependant, pour satisfaire son beau-père d’origine alsacienne et par amour pour sa future épouse, il adopte la religion catholique. Néanmoins, il invite à son mariage le physicien Albert Turpain et Marcel Cachin parlementaire futur fondateur du PCF et directeur de L’Humanité.

Bien que non membre de l’Académie des sciences, ses interventions y sont fréquentes et certaines ont valeur de brevets d’invention.

Membre désintéressé, compétent et écouté du comité TSF scientifique, il meurt à 49 ans de maladie.

 

 

Des ondes maritimes aux ondes aériennes, par le génie de ce marin-savant

Entre Lion et Balance, cet homme habité par le feu de la création est habile à repérer les signaux radio qui permettront à la Marine de communiquer.

Ingénieux et imaginatif, il contribue à fonder la Télégraphie Sans Fil (TSF), grâce à ses talents de chercheur et inventeur. Ainsi, ce novateur clairvoyant et minutieux, révolutionne l’art de communiquer en mer.

En Léonien, il voit clair d’emblée sur les travaux à mener et trouve la technique jusque dans le détail pour établir les contacts par les ondes.

Ainsi ce marin-savant qui a vogué sur les ondes maritimes a fait ensuite merveille pour voguer sur les ondes aériennes grâce à la technique de son invention.

 

Honneur à ce pionnier dévoué et modeste tombé dans les oubliettes de l’histoire.

 


Logiciel Auréas Astro PC Paris

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page