les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Touche-à-tout de génie, inventeur de la « sulfateuse » pour traiter la vigne, ce passionné de mécanique consacre sa vie aux machines agricoles, à l’automobile, à la vigne, puis… à la politique

 

Victor Benoît VERMOREL

Né le 29 novembre 1848 à 17 heures à Beauregard Ain-01

décédé le 13 octobre 1927 à Paris 13e à 22 heures

 

 

Inventeur et passionné de mécanique agricole de père en fils

Son père Antoine est l’inventeur de l’appareil « tarare », une vanneuse mécanique servant à ventiler le grain pour le nettoyer de ses impuretés.

Victor, quant à lui, met au point en 1880 la sulfateuse : appareil qui permet de pulvériser des produits traitant les maladies de la vigne notamment le mildiou.

Cet appareil (l’Eclair) en cuivre et muni de lanières, se porte comme un sac à dos, que le viticulteur actionne par une poignée pour pulvériser le produit. Son usage se généralise et bientôt dans le langage courant, on l’appelle la « vermorel ».

A 15 ans, ses études finies, Victor rejoint le petit atelier familial à Villefranche-sur-Saône où son père lui apprend les rudiments de la mécanique. Les vélos et les motoculteurs pour la vigne l’intéressent particulièrement.

La guerre de 1870 l’arrache à son travail, en pleine jeunesse. Il participe à la défense de Belfort et soutient le siège jusqu’en février 1871.

Au décès de son père, il prend la direction de l’entreprise et profite de l’essor de la mécanisation et de la motorisation qui permet toutes les audaces.

Victor Vermorel fonde une entreprise spécialisée dans la métallurgie à Villefranche-sur-Saône. Dès 1893, il crée sa société pour la fabrication intensive de machines et de moteurs agricoles. Ses affaires prospèrent au point de lui donner une notoriété internationale.

 

 

 

Dès 1898, il se lance dans la construction automobile – aventure qui va durer 30 ans

Mais aux abords du 20e siècle c’est l’avènement de l’automobile et Victor Vermorel, curieux et ingénieux, se passionne naturellement pour cette mécanique d’avant-garde.

La première voiture Vermorel sort en 1898.

Il conçoit dès 1908, une voiture pour la compétition, qu’il engage dans l’épreuve la plus dure : la course de côte du Mont Ventoux. Sa voiture arrive en tête et quelques jours plus tard, elle est aussi victorieuse dans la course du Mont Pilat.

Ces succès l’encouragent à lancer la fabrication en série de véhicules automobiles. Il confie ce projet à son fils Edouard, pour se consacrer alors à la politique.

L’usine d’automobiles prospère puisque, vingt ans après, elle emploie 1 200 ouvriers. Mais la crise économique provoque la fermeture de l’entreprise en 1930. En effet, avec  7 800 châssis sortis en 30 ans, la marque ne peut se confronter aux grands comme Renault, Citroën ou Peugeot.

 

A 61 ans, il entame une carrière politique et devient sénateur (1909-1920)

La politique réussit aussi à Victor Vermorel qui est élu sénateur à 61 ans. Grâce à ses contacts avec Gustave Eiffel, il fait dessiner les plans de sa maison à Villefranche par deux des ingénieurs du « père de la Tour Eiffel ». Puis, il acquiert le Château de l’Eclair à Liergues dont il devient le maire.

Vivant au cœur du Beaujolais, riche de grands crus, il se passionne aussi pour la vigne et se montre un viticulteur averti. Il consacre une grande partie de sa vie à lutter scientifiquement contre les ennemis de la vigne. Ainsi, il publie de très nombreux ouvrages sur ce sujet.

Intéressé par les travaux de Pierre Viala relatifs à l’agriculture et à l’agronomie, il décide d’être son mécène et lui apporte l’aide financière nécessaire à la publication de 1901 à 1909, d’un Traité général de viticulture en sept volumes. Cet ouvrage, mondialement connu, comporte 500 planches de cépages. L’Ampélographie Viala et Vermorel (étude de la vigne) est rééditée en 1991.

Victor Vermorel est régulièrement réélu président du Comice agricole et viticole du Beaujolais. Il accède au titre envié de membre de l’Académie d’Agriculture. Homme aux innombrables activités, il crée puis dirige une station viticole et de phytopathologie à Villefranche-sur-Saône

 

 

Victor VERMOREL


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page