les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Première Miss France en 1920, « la plus belle femme de France » connaît une ascension aussi fulgurante que brève par son décès à l’âge de 26 ans.

télécharger cet article

 

Agnès SOURET
Jeanne Germaine Berthe Agnès SOURET

Née le 21 janvier 1902 à 8h du matin à Bayonne 64 Pyrénées-Atlantiques
Selon acte n° 35 – AD64 en ligne – 1892-1902 – FRAD064013_2MIECPB – vue 775/864

 Décédée le 14 août 1928 à Buenos-Aires Argentine

 

 

« Je n'ai que 17 ans, dites-moi si je dois traverser la France pour courir ma chance »

A défaut d’être actrice, elle devient danseuse

Une artiste en avance sur son temps

 

 

« Je n'ai que 17 ans, dites-moi si je dois traverser la France pour courir ma chance »

C’est ainsi qu’Agnès Souret s’exprime dans une courte lettre de candidature au concours de la plus belle femme de France lancé par le quotidien Le Journal. Elle joint une photo d’elle en communiante.

Dès lors, cette jeune béarnaise, née d’une mère célibataire, est l’une des 2063 postulantes à ce titre inédit – promesse de célébrité - qui deviendra Miss France.

Après les éliminatoires, elle fait partie des 49 candidates sélectionnées soumises au vote du public qui doit les classer par ordre de préférence dans un bulletin adressé au journal.

La gagnante de chacune des sept séries accède alors à la phase finale.

Agnès Souret, 1.68 m, cheveux châtain clair, yeux bruns,  l’emporte haut la main avec 195 168 voix et devient, en 1920, la première Miss France.

A son propos, Hervé Lauwick pour Le Figaro évoque une beauté éblouissante, sagesse et bonté et surtout un heureux caractère qu’il qualifie de don précieux.

 

A défaut d’être actrice, elle devient danseuse

Fan de l’illustre tragédienne Sarah Bernhardt, Agnès Souret se voit actrice, mais son premier rôle dans le film Le Lys du Mont Saint Michel est un cuisant échec.

Devenue modiste, elle s’engage ensuite dans une carrière artistique de danseuse au ballet de l’Opéra de Monte-Carlo avant d’être à Paris, meneuse de revue aux Folies Bergère.

Entre ses revues et ses tournées, Agnès Souret revient à l’occasion dans son Pays basque natal où on la voit se promener à Biarritz sur la croisette à cheval ou avec son chien. A cette époque, sa maison de famille d’Espelette est renommée Ederrena (« La plus Belle »).

Mais la mort l’emporte à 26 ans suite à une péritonite, alors qu’elle est en tournée en Argentine.

Pour rapatrier sa dépouille et lui offrir un caveau à Espelette, sa mère doit alors vendre tous ses biens dont la maison Ederrena.

 

 

Une artiste en avance sur son temps

Son tempérament uranien la porte à tracer son chemin à son idée, librement et en toute indépendance.

Doublement marquée par le Verseau, elle a le profil idéal pour être la première lauréate dans ce concours inédit qui deviendra Miss France.

Oser faire en premier ce qui ne s’est jamais fait correspond tout à fait à sa nature avant-gardiste.

Danser, voyager, rencontrer les autres, tout cela l’inspire pour peu qu’elle garde son libre-arbitre. Pour elle, ce sont autant d’occasions de rencontres et d’exprimer sa nature humaniste en toutes circonstances.

Qui se souvient encore d’Agnès Souret, cette météore qui en huit années a inauguré le règne des Miss France ?

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page