les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

La tête et les jambes ! Résumer les activités de ce touche-à-tout est un inventaire à la Prévert dans le monde du journalisme et du sport.

télécharger cet article

 

Léon SÉE

Né le 23 septembre 1877 à 14h à Lille Nord 59
Selon acte n°4353 – AD59 en ligne – 1Mi EC 350 R 015 – vue 241/475

 Décédée le 20 mars 1960 à Paris

 

 

Léon « Sée » tout faire, sauf devenir homme d’affaires !

Un sportif à l’étonnante polyvalence…

De la boxe… au Journal de Mickey…

Avide de tout découvrir et de brasser en grand

 

 

Léon « Sée » tout faire, sauf devenir homme d’affaires !

Le monde des affaires lui tend les bras à l’image de son père qui a brillamment réussi. Même s’il devient lui aussi ingénieur, Léon lorgne plutôt du côté du sport. Et après ses études universitaires il devient journaliste, puis en 1907 directeur commercial de la revue Culture physique.

Fondateur avec Desbonnet de la revue La Boxe et les Boxeurs, il en prend la tête en 1910 et jusqu’en 1919, où Henri Decoin lui succède.

Membre du Sporting Club Lillois, il soulève du lourd avec la pratique des poids et haltères, mais aussi la boxe et l’escrime. Spécialiste de l’épée, il décroche le bronze au J.O. d’été de 1900 à Paris.

 

Un sportif à l’étonnante polyvalence…

Énumérer ses activités sportives ressemble à un inventaire à la Prévert.

A l’image d’une Marie Marvingt, Léon Sée pratique avec aisance divers sports : gymnastique, haltérophilie, saut, course à pied, natation, cyclisme, équitation…

Puis, arbitre et manager, il se spécialise dans l’organisation de combats de boxe anglaise et pour le reste de son temps, il est également rédacteur en chef de magazines.

 


Affiche de l’époque

 

En 1901, au cirque Molier, il soulève 100 kg, ce qui lui vaut la 3e place ex aequo dans une compétition amateurs de poids et haltères.

Directeur à 27 ans d’une usine de pièces pour l’automobile à Londres, il en profite pour participer aux championnats de force où il monte sur la plus haute marche du podium avec le titre de champion d’Angleterre.

Ses compétences en boxe sont appréciées puisqu’il représente, en février 1920, la Fédération française de boxe au 1er congrès de l’International Boxing Union (fédération internationale pour la réglementation de la boxe professionnelle créée en 1913).


Le lieutenant Léon Sée, aux JO de Paris 1900 (amateur).

 

De la boxe… au Journal de Mickey…

Devenu en 1925 manager de boxeurs, il lance avec ses poulains une tournée en Australie et en Amérique du Nord.

Malgré les doutes qu’il a sur les qualités de boxe de Primo Carnera, Léon Sée accepte d'être le manager de cet Italien lutteur de foire et catcheur à la naïveté proverbiale. Il parvient à en faire une star en truquant plusieurs de ses combats en achetant ou droguant ses adversaires.

Plus tard, en 1934, Léon Sée lui-même racontera, preuves à l’appui, comment il avait arrangé des rencontres dont les moindres péripéties avaient été répétées plusieurs fois à l’avance.

A 57 ans, Léon Sée ne s’illustre plus dans le monde des gros bras, mais dans celui de la bande dessinée en devenant rédacteur en chef du Journal de Mickey créé en 1934.

Là aussi, ce touche-à-tout talentueux fera merveille avec les fameux Club Mickey ou Billet de l’Onc’Léon qui paraîtra longtemps après guerre.

 

 

Avide de tout découvrir et de brasser en grand

Entre Balance et Capricorne, Léon Sée incarne à la fois l’habileté relationnelle et l’endurance.

L’influence secondaire des Poissons – comme chez Marie Marvingt -  explique cette polyvalence exceptionnelle qui donne l’envie d’une découverte sans limite du monde environnant et de pratiquer le plus possible d’activités sportives.

Et par le Capricorne, il hérite d’une avidité insatiable pour tout tenter, brasser en grand et se démultiplier, sans perdre de temps, dans plusieurs occupations à la fois.

Sportif par nature Léon Sée allie une fine intuition à une combativité adaptable.

De plus, la réussite est souvent au rendez-vous surtout dans l’adversité d’affrontements. (Jupiter à l’Ascendant).

La profession de journaliste convient bien à sa nature éprise d’indépendance et d’autonomie qui voit vite les opportunités à saisir.

Manager des sportifs permet à ce stratège fin calculateur, d’exercer une autorité naturelle bien encadrée.

 

Voici un bref clin d’œil à cet époustouflant journaliste/sportif qui a marqué son époque.

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

En astrologie, pourquoi devient-on journaliste ?

Pour en savoir plus consulter le lien : https://www.janinetissot.com/2020/07/07/journalistes/

 

 

Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page