les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

D’où vient l’énorme fortune de ce curé qui dépense sans compter pour sa paroisse et mène un train de vie fastueux ?
Ce mystère reste entier et digne des meilleurs jeux d'enquête de notre 21e siècle !

télécharger cet article

 

Abbé SAUNIÈRE
né François Béranger SAUNière

Né le 11 avril 1852 à midi à Montazels Aude 11
Selon acte n° 6 – AD11 en ligne – 100 NUM/5 E 240/8 – vue 135/146

 Décédé le 22 janvier 1917 à Rennes-le-Château Aude 11

 

 

 

Prêtre antirépublicain, exilé en 1885 dans une paroisse déshéritée et perdue,

Il se lance dans la restauration de l’église et trouve des trésors…

Scandale au village quand le curé prend pour servante une jeune soubrette !

Le curé mène un riche train de vie et reçoit du beau monde

Le goût du mystère, du spirituel et de l’ésotérique

 

 

Prêtre antirépublicain, exilé en 1885 dans une paroisse déshéritée et perdue,

S’occuper du Bon Dieu, combattre ces diables de Républicains, tout en jouissant des fastes terrestres, voilà à quoi s’active l’abbé Saunière nanti d’une fortune aussi mystérieuse qu’inépuisable, pendant plus de 30 ans à Rennes-le-Château.

Issu d’une famille de notables de Montazels, lui-même érudit rosicrucien, adepte des messes en latin et farouchement royaliste, il est ordonné prêtre le 1er juin 1879.

Quand, Béranger Saunière, fort bel homme de 33 ans, débarque au printemps 1885 dans ce village de 200 âmes perché au-dessus de la vallée de l’Aude, l’église est quasiment en ruine et le presbytère inhabitable. En réalité, sa hiérarchie, qui n’a pas digéré ses sermons ouvertement antirépublicains, exile ce prêtre trublion dans une paroisse déshéritée et perdue au milieu de nulle part.

 

Il se lance dans la restauration de l’église et trouve des trésors…

D’emblée, il retrousse les manches de sa soutane et décide de restaurer en urgence l’église et sa toiture. Les travaux s’engagent grâce, entre autres, à un don de la duchesse de Chambord sensible aux convictions légitimistes du jeune curé.

C’est lors de ces travaux que sont découverts des trésors, pièces anciennes, bijoux, objets de culte… dont l’origine est hypothétique selon les chercheurs et écrivains : romaine (279 av. J.C.),  Wisigoths (an 410), trésor de Blanche de Castille en 1251, trésors des Cathares du 13e siècle ou des Templiers 14e siècle…

Un jour de 1887, pour soulever la dalle des chevaliers dans l’église, l’abbé Saunière se fait aider par les enfants de chœur qui sitôt la pierre soulevée sont aussitôt congédiés sans commentaires. Ils auraient juste eu le temps d’apercevoir un escalier.

 


Rennes-le-Château – Source Wikipédia

 

En outre, le carillonneur aurait rapporté un soir de 1891 des parchemins nichés dans un vieux balustre en bois du clocher. L’abbé Saunière monte à Paris pour les faire expertiser.

Cet habile homme d’église parvient à soustraire toutes ces trouvailles aux regards de ses paroissiens qui constatent ses absences plus fréquentes et s’interrogent sur l’origine de sa fortune.

 

Scandale au village quand le curé prend pour servante une jeune soubrette !

Mais le village se scandalise plus encore en 1891 quand il prend pour servante Marie Dénarnaud, une accorte jeune fille qui lui sera fidèlement dévouée et complice jusqu’à la fin de ses jours.

Il lui offre, bijoux vêtements et parures.

Elle est aussi sa collaboratrice quand l’abbé se met à fouiller en pleine nuit le cimetière du village et piller quelques tombes. Que cherche-t-il ? La municipalité s’en émeut et dépose plainte.

Héritière du domaine, Marie survit à l’abbé jusqu’en 1953 sans jamais dévoiler le secret de leur fortune.

L’abbé dispose de fonds considérables pour restaurer l’église Sainte-Marie-Madeleine, acheter des terrains au nom de sa servante et faire un domaine fastueux avec parc, jardins, serres, ferme et animaux, ménagerie avec singes et perroquets…, la villa Béthanie flanquée d’une tour néogothique (Tour Magdala) avec bibliothèque.

A l’origine, il destine cette villa à l’hébergement de prêtres à la retraite.

 

Le curé mène un riche train de vie et reçoit du beau monde

Loin de l’image du pauvre curé de campagne, l’abbé Saunière mène un riche train de vie et reçoit secrètement du beau monde venu de loin comme l’archiduc Jean de Habsbourg… Il veille à leur servir mets et alcools les plus raffinés. Cependant, il continue à vivre dans son presbytère.

Avec quel argent ? Cette prospérité demeure inexpliquée et suscite encore la curiosité de nombre de visiteurs et de chercheurs.

Le luxe de l’abbé fait jaser dans le village et incommode sa hiérarchie.

Sommée par l’évêque de s’expliquer sur l’origine de sa fortune, Béranger Saunière se laisse accuser de trafic de messes. Suspendu d’exercice en 1910, il sera définitivement interdit de messe par l’évêché en 1915. Toutefois, il continue d’officier dans la chapelle privée de son domaine avec moult paroissiens qui dédaignent les offices du nouvel abbé remplaçant.

Ainsi Rennes-le-Château, acquiert une notoriété internationale inespérée et devient le témoin de la richesse de l’abbé Saunière et de son mystérieux trésor.

 


L'abbé Béranger Saunière devant le porche de l'église de Rennes-le-château (date inconnue)


La Tour Magdala, création monumentale et emblématique de l'abbé Saunière.

 

Entre styles médiéval et néogothique, peut-être se voit-il châtelain du Bon Dieu prompt à guerroyer contre ces diables de Républicains ?

On sait par ailleurs qu’il fait des dons pour financer un complot royaliste, mais aussi apporte de l’aide aux familles nécessiteuses.


Tombe de l'abbé Saunière à Rennes-le-Château. Source Wikipédia.
Régulièrement vandalisée, elle est déplacée dans l’ancienne propriété de l’abbé.

 

Abbé déchu de sa paroisse, ses dernières années semblent plus difficiles d’autant qu’avec la Première Guerre mondiale ses donateurs se font rares.

Sentant sa mort proche, un curé venu pour l’Extrême onction ressort livide de la chambre de Béranger et si troublé par ses révélations qu’il lui refuse l’absolution, qu’il lui accordera toutefois deux jours plus tard.

 

Sources documentaires :
https://www.rennes-le-chateau.fr/domaine-de-labbe-sauniere/.
http://www.rennes-le-chateau-archive.com/marie_denarnaud.htm
https://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9renger_Sauni%C3%A8re

Secrets d’Histoire hors série n°11 – été 2020

 

 

Le goût du mystère, du spirituel et de l’ésotérique

Gérer secrètement une fortune pour bâtir avec ardeur est tout ce qui convient à l’abbé Saunière.

L’influence du Lion lui dicte sans doute le goût pour le pouvoir temporel et royaliste par l’attrait d’une autorité noble et prestigieuse et pour l’élan conquérant le Bélier donne le ton.

Par nature, il est un indépendant doté d’un 6e sens remarquable. Il sent les choses, il voit vite l’action la plus adaptée au contexte et une puissante énergie Taureau fait le reste.

Nul autre que lui ne pouvait détenir et garder mieux le mystère de sa fortune !

Très intuitif, cet homme de feu qui a l’art du secret, aime naviguer à travers les forces de l’Invisible.

Il est à l’aise pour exhumer secrets et mystères dans un climat tendu où Dieu et diable se côtoient et s’affrontent naturellement.

Bâtisseur humaniste et conscient des seuls biens spirituels qui demeurent, il fait profiter de sa fortune au nom de ses convictions politiques, religieuses et pour sa fidèle servante qui lui survit. Mais toujours secrètement !

Conformément au tempérament de cet abbé, l’origine de sa fortune demeure mystérieuse encore aujourd’hui.

 

Mais que serait Rennes-le-Château s’il n’avait connu l’exil de l’abbé Saunière ?

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

 

Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page