les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Avionneur de génie de l’entre-deux-guerres, son nom est attaché à l’épopée légendaire de l’Aéropostale et dans les années 1930, son usine de Méaulte est la plus moderne du monde.

télécharger cet article

 

Henry POTEZ

Né le 30 septembre 1891 à 11h30 à Méaulte Somme 80
Selon acte n°21 – AD80 en ligne – 214 E_DEP13 ; 214 E_DEP16 – Méaulte naissances 1883-1902

 Décédé le 9 novembre 1981 à 17h à Paris 16e
Selon acte n°1810 – Mairie de Paris 16e

 

 

Fasciné par les pionniers de l’air, à 20 ans il étudie son 1er avion

La Société Potez emploie 10.000 personnes jusqu’en 1940.

Homme politique et passionné de peinture et de sculpture

Entreprendre en grand pour naviguer dans le ciel

 

 

Fasciné par les pionniers de l’air, à 20 ans il étudie son 1er avion

Le Potez 25 construit en 3502 exemplaires et vendu dans 18 pays,  installe le renom de cet avionneur de génie.

Cet avion est choisi par l’Aéropostale en 1929 pour ses qualités ascensionnelles précieuses pour la ligne entre l’Argentine et le Chili par-dessus la Cordillère des Andes, à une époque où chaque vol est une épopée.

Produit en version civile jusqu’en 1940, cet avion le sera en version militaire jusqu’en 1943.

Précurseur de l’aviation populaire, ce constructeur inspiré sort le Potez 36, une petite merveille qui sera la monture favorite d’aviateurs célèbres.

Avec ce type d’avion, Henri Guillaumet franchit 393 fois l’impressionnante Cordillère des Andes.

Aux commandes de ce bijou très maniable, l’aviateur de légende Jean Mermoz s’amusera beaucoup à suivre les méandres de cours d’eau en volant le plus bas possible ou longer une route en rase-mottes. Il appelait ça : faire de la bicyclette.

Valérie André apprend à voler sur un Potez en 1939 et Lucienne Radisse pilote un Potez dans les années 1930.

 

Fils d’un minotier, conseiller général de la Somme et propriétaire terrien, le jeune Picard Henry Potez est fasciné dès 14 ans par les exploits des premiers pionniers de l’aviation.

Il songe très vite à construire un aéroplane et confie son projet aux menuisiers de l’entreprise paternelle.

Sa famille admet volontiers les travaux de ce constructeur en herbe jusqu’au moment où elle comprend qu’il s’agit d’un engin destiné à voler avec Henry aux commandes.

Dès lors, toute demande de crédit reçoit un véto paternel ferme et sans appel ; il en est de même pour l’entourage dûment tancé qui à son tour doit faire la sourde oreille.

Henry Potez étudie son 1er avion dès 1911, année où il obtient le diplôme d’ingénieur civil de l’aéronautique à l’École Supérieure d’Aéronautique en 1910. Là, il côtoie Marcel Bloch-Dassault avec qui il s’associera pour réaliser l’hélice Éclair adoptée par l’Armée de l’Air pour ses avions de chasse, et par la suite le Caudron G3.

 


Potez 25 – Musée de l’Air et de l’Espace

 

La Société Potez emploie 10.000 personnes jusqu’en 1940.

La Première Guerre mondiale lui permet de déployer ses talents d’ingénieur d’abord chez Blériot puis chez Caudron et en 1919, au sein de sa propre société des Aéroplanes Potez qui emploiera 10.000 personnes jusqu’en 1940 et produira 7.000 avions civils et militaires en plus de 180 types différents.

Exportations et records consacrent le plus important avionneur français de l’époque.

 


Fouga-Magister CM 170R – source Wikipedia

 

Exemple unique dans les annales de l’aéronautique mondiale, Potez produit de pair des avions militaires, commerciaux, de tourisme et à partir des années 1930, des hydravions.

En outre, son usine implantée dans sa ville natale, avec aérodrome adjacent, est à l’époque la plus moderne du monde dotée par ailleurs d’un remarquable confort et bien-être pour son personnel.

Après 1945, il lance une gamme de moteurs pour appareils légers.

L’industriel trouve son deuxième souffle surtout avec le rachat de la Société Fouga en 1956 où il produit les avions à réaction Magister.

Potez, qui a été président du Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales(GIFAS), quitte progressivement la scène aéronautique à partir de 1967.

Mais le feu de la création est encore ardent chez cet entrepreneur-né qui se tourne alors vers la construction d’appareils de chauffage et de conditionnement, en prenant le contrôle de la Société Airflam.

Il est admis que la carrière de Potez égale en richesse, en originalité, en créations et en réussites, celle de son ami Marcel Dassault.

 

Homme politique et passionné de peinture et de sculpture

Henry Potez mène de pair une carrière politique en tant que conseiller général de la Somme de 1929 à 1960 puis maire d’Albert dans la Somme à partir de 1947.

On le retrouve à partir de 1958 à la présidence des Amis du Musée de l’Air.

Ce génie de l’aéronautique, cultive aussi une passion pour la peinture et la sculpture. A ce titre possède une remarquable collection d’œuvres de Pissarro, Renoir, Chagall, Sisley, Gauguin, Bourdelle qui est dispersée lors de ventes à Paris en 1996.


Le Potez 53 construit pour battre des records remporta la coupe Deutsch-de-la-Meurthe en 1933.

 


Avion de combat Potez 54 - 1934

 

Sources documentaires :
http://www.meacmtl.com/wa_files/Potez_2036_20-2.pdf
« Levallois Mémoires, Les Pionniers de l’aviation »
transmis aimablement par la Mairie de Levallois en mai 2002.
Dictionnaire universel de l’Aviation par Bernard Marck Éditions Taillandier
Les Français du Ciel – dictionnaire historique – Académie Nationale de l’Air et de l’Espace Éditions Le Cherche Midi
Who’s Who du XXe siècle

 

 

Interview Henry Potez :

https://video-streaming.orange.fr/actu-politique/a-l-occasion-du-50eme-anniversaire-de-la-snias-interview-d-henry-potez-CNT000001e9z8L.html

  

 

Entreprendre en grand pour naviguer dans le ciel

Tout ce qui fait voler ne peut que passionner ce natif de la Balance, signe aérien doué pour rétablir en tout un équilibre subtil et harmonieux.

Remarquablement intuitif, il se révèle un génie de l’aéronautique qui le fait baigner dans son élément. C’est pourquoi  les premiers pionniers aux commandes de fabuleux aéroplanes ne peuvent que l’enthousiasmer dès sa jeunesse.

Voyages et déplacements sont dans ses gènes par le Sagittaire nomade et ambitieux de nature, toujours prêt à entreprendre en grand dans des projets d’envergure pour un outil qui crée des liens entre les humains.

Avec une minutie calculatrice et toute virginienne, il donne le meilleur dans la tension de la création et quand l’enjeu est difficile et stressant.

Par l’influence secondaire des Poissons, on peut dire que Potez s’intéresse à tout et qu’il a besoin de s’exercer tous azimuts, avec une envie d’entreprendre toujours inassouvie.

Aussi, il assume des responsabilités politiques et de présidence d’associations tout naturellement sans oublier son goût artistique pour les collections de peinture et de sculptures.

 

Voici un clin d’œil reconnaissant à ce géant de l’aéronautique, en un temps où l’aviation mondiale est clouée au sol par le Covid-19 !

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

En astrologie, d'où vient le goût de voler ?

Pour en savoir plus :

https://www.janinetissot.com/2019/11/12/les-pionniers-de-laviation/

 

 

Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page