les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Elle attache son nom de veuve à l’excellence du vin de Champagne qu’elle contribue à rendre prestigieux, à l’image de la Veuve Clicquot, un demi-siècle plus tôt.

télécharger cet article

 

Veuve POMMERY
Jeanne Alexandrine MéLIN Veuve POMMERY

Née le 13 avril 1819 au château d’Annelles Ardennes 08
(Registre de naissance détruit par faits de guerre)

Décédée le 18 mars 1890 à 20h à Chigny-les-Roses Marne 51
Selon acte n°9 – AD51 en ligne – 2 E 172/11 – vue 144/200

 

 

 

« Moi, Madame Pommery... j'ai pris la décision de continuer le commerce et de me substituer à mon mari  ! »

Devenue veuve en 1858, elle dirige pendant plus de trente ans la maison de champagne qu’avait fondée son époux Louis Alexandre Pommery (à l’origine négociant en laine) associé à Narcisse Greno en 1856.

Au départ, l’exploitation est bien modeste et Louis décédé prématurément n’a guère le temps de la développer. C’est le défi qui va se présenter à cette jeune veuve de 39 ans. Elle-même, fille de grands propriétaires des Ardennes, a reçu une éducation soignée en partie en Angleterre.

On la dit habile, intelligente, énergique et d’un tempérament de battante.

Aussi, elle comprend vite l’intérêt de développer des débouchés en Angleterre, en Russie, en Amérique... C’est ce qu’elle fera, secondée par son collaborateur Henry Vasnier.

 

 

Des caves creusées dans les crayères pour la conservation du vin

Transformant d’anciennes crayères gallo-romaines en caves sur la colline Saint-Nicaise, elle édifie d’élégantes constructions devenues patrimoine architectural de Reims. Ainsi, pour plaire à sa clientèle britannique, elle fait ériger un ensemble industriel de style néo-Tudor inauguré en 1878.

A 30 mètres en sous-sol, ce sont 120 crayères où règne une température constante de 10° et qui sont réunies par un réseau de 18 kms de galeries auxquelles on accède par un monumental escalier de 112 marches. Ainsi, le cellier Carnot, le cellier Jeanne d’Arc et la Grande Tonnellerie constituent un véritable urbanisme souterrain.

En véritable visionnaire, elle fait évoluer les goûts en matière de champagne. A une époque où le champagne est un vin sucré, doux ou demi-sec, très prisé pour le dessert, elle a l’audace de lancer sur le marché des vins bruts, secs ou extra-secs pour accompagner les repas. Le succès est au rendez-vous.

 

De  45.000 bouteilles à 2.250.000 en fin de 19e siècle par le génie de cette conquérante

Sous sa direction la maison Pommery élargit son activité à l’international, connaît un essor considérable et rejoint les grands noms de vins de champagne.

Madame Pommery est capitaine d’industrie, mais aussi bienfaitrice, mécène et humaniste, car elle finance de nombreuses œuvres sociales et fait des dons importants au musée des Beaux-arts. Pour avoir offert l’œuvre de Jean-François Millet : Les Glaneuses, elle a son nom en lettres d’or au musée du Louvre.

Elle se retire dans sa propriété de Chigny-les-Roses où elle s’adonne à sa dernière passion : les papillons.

à son décès à l’âge de 71 ans, l’affaire passe aux mains de son gendre le marquis de Polignac qui a épousé sa fille Louise.

La famille Pommery demeure propriétaire jusqu’en 1979, date du rachat par le groupe de luxe LVMH.

 

Dans le hall imposant de la maison Pommery est présenté un gros tonneau dont la sculpture de façade est due à l’ébéniste céramiste Emile Gallé. Ce foudre symbolise la fraternité entre la France et l’Amérique.

 

Voici un clin d’œil à la destinée de cette femme hors normes et intuitive qui sent ce qu’il faut faire pour développer le prestige des vins de champagne. En véritable conquérante dotée du génie des affaires, elle ouvre un bureau à Londres pour conquérir le marché britannique.

Pour développer la demande, elle fait du nouveau et ose en premier imaginer du champagne brut qui se boirait tout au long du repas et pas seulement au dessert.

Adaptable et pragmatique, quand il s’agit de s’agrandir, cette pionnière fait transformer les crayères en caves souterraines où son vin sera conservé à température constante.

Son autorité naturelle est empreinte d’humanisme puisqu’elle se fait bienfaitrice dans des œuvres sociales et dans le domaine artistique.

 

 

Sources documentaires :
https://sites.google.com/site/lavieremoise/biographies-remoises/biographies-remoises---o-p
http://mhlv.free.fr/musee/collections/pommery/cadre_collections_pommery.htm
http://dl-reims.pagesperso-orange.fr/infos/reims/monuments/villa_cochet/villa-cochet.htm#histoire

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page