les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Illustrateur, pionnier de la bande dessinée, il est le « père » de la comique Bécassine, cette bonne bretonne montée à Paris. D’aventure en aventure avec l’écrivain scénariste Caumery, ce personnage va l’inspirer sa vie durant.

télécharger cet article

 

Joseph PINCHON
Emile Joseph Porphyre Pinchon

né le 17 avril 1871 à 5h du matin à Amiens Somme 80
Selon acte n° 544 – AD80 en ligne – 5M i _D228 – Amiens -  naissances 1871

Décédé le 20 juin 1953 à Paris 14e

 

 

Une vie passée à peindre et dessiner, quoi qu’il arrive !

Joseph est le deuxième des huit enfants de Victor Emile Pinchon, avoué à la Cour d’Appel d’Amiens.

Intéressé par la peinture depuis l’enfance, il fréquente les Beaux-arts, après des études à Amiens puis à Paris.

Ce créatif inspiré, travailleur, et bouillonnant d’idées va s’adonner à la peinture et au dessin dans toutes les situations que lui donne la vie. Il s’attache à restituer avec ardeur et minutie, une réalité vivante avec un enthousiasme printanier livrant des émotions simples et naturelles. Ces illustrations rendent avec sincérité et jusque dans le moindre détail pratique, l’ambiance et les mœurs de cette fin 19e et début 20e siècle.

C’est ainsi qu’on le retrouve à décorer des casernements lors de son service militaire de 1892 à 1895.

Et dès 1897, ils exposent ses toiles aux salons parisiens.

De 1908 à 1914, il dessine des costumes pour l’Opéra de Paris et y devient directeur des services artistiques, mettant son talent au service d’une trentaine d’opéras.

Lors des grandes fêtes de Jeanne d’Arc à Compiègne, à partir de 1909 et à cinq reprises, il s’occupe de la direction artistique des cortèges et tournois, dessinant costumes et bannières et illustrant cartes postales et documents.

Pendant la guerre de 1914-1918, Joseph est affecté dans les services… de camouflage ! où son art fait probablement merveille.

 

La naissance improvisée de Bécassine en 1905…

A partir de 1903, pour gagner sa vie, il devient illustrateur pour la presse Le petit journal illustré de la jeunesse.

C’est dans ce contexte que Annaïck Labornez alias Bécassine vient au monde à l’improviste et à la va vite.

La veille du bouclage du n°1 de La Semaine de Suzette, il faut combler la page vide laissée par une défection de dernière minute. La rédactrice en chef a l’idée de conter la sottise de sa propre domestique d’origine bretonne. Elle confie le soin de mettre l’histoire en image au premier illustrateur qui passe dans les parages : Joseph Pinchon.

Les lecteurs aiment et en redemandent.

Bécassine est née.

Et cette héroïne candide, débrouillarde, joyeuse et dévouée,  va vivre de multiples aventures au fil des 1500 planches qui lui seront consacrées dans La semaine de Suzette.

Elles sont pour la plupart éditées en albums entre 1913 et 1939, avec les textes de Maurice Languereau alias Caumery. Ainsi, Bécassine aux petits yeux dans un visage rond toujours privé de bouche, est loin d’être muette.

Les Bretons n’apprécient guère la signification attachée à cette héroïne dont le nom fait penser à une jeune bretonne campagnarde, niaise, un peu stupide. Cependant, ce personnage est à l’image de la société de ce début de 20e siècle où de jeunes paysannes deviennent domestiques en ville dans quelque famille aisée.

Au fond, Bécassine est la servante dévouée, qui accueille la vie à pleine mains, avec curiosité et qu’importe les railleries ou son ignorance candide, elle fait merveille pour donner à son entourage, le goût d’aimer la vie au jour le jour.

 

 

Illustrateur prolifique et talentueux, créateur de centaines de dessins et de nombreux personnages

Pinchon n’a pas que Bécassine dans sa vie : il travaille pour les Journaux tels que Le Saint Nicolas, l’Echo de Paris, La France…

En 1920, il réalise le film Mon Village, tourné en Alsace pour retracer la vie d’une famille à trois époques, avant 1870, et jusqu’en 1914 puis après 1918. C’est un des premiers films tournés en Alsace.

Il a 49 ans quand il se marie en 1920 avec Suzanne Würtz. Le couple n’aura pas de descendance.

Dans les années 1940, Joseph Pinchon dessine pour Fanfan la Tulipe, Fillette, Wrill, Cap’taine Sabord, Le Petit Canard, Lisette, France Soir Jeudi…

Frimousset, Grassouillet, Suzel, Gringalou, Olive et Bingali, Patounet… sont autant de personnages à qui Joseph Pinchon a donné vie au travers de plus de trente albums édités.

Il illustre aussi une trentaine de livres.

 

 

Sources documentaires : http://www.pinchon-illustrateur.info/pages/p02apag.html

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page