les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

La Miss des grandes revues qui font accourir le Tout Paris des années 1920, véritable gloire du music-hall français, on la retrouve aussi actrice de cinéma dans plus de 64 films.

télécharger cet article

 

MISTINGUETT
Née Jeanne Florentine BOURGEOIS

Le 3 avril 1875 à 22h à Enghien-les-Bains Val d’Oise 95
Selon acte n° 12 – AD95 en ligne – 3 E 596 - 1873-1878

 Décédée le 5 janvier 1956 à Bougival Yvelines 78

 

.
Mistinguett en 1944 – Studio Harcourt

 

Danse, théâtre et chant avant un début au Casino de Paris à 18 ans

Mistinguett, tout court, court, comme mes cheveux !

Devient espionne pour faire libérer son amant prisonnier, Maurice Chevalier
Mistinguett ou la magie de l’enchantement sur scène

 

 

Danse, théâtre et chant avant un début au Casino de Paris à 18 ans

Fille de garde-barrières, elle passe son enfance dans le Val d’Oise.

Après avoir suivi des cours de danse, de théâtre, de chant et de maintien, elle rencontre dans le train qui l’amène à Paris pour des leçons de violon, Saint-Marcel, responsable de revue au Casino de Paris où elle paraîtra en lever de rideau le 5 décembre 1893.

Elle a 18 ans et le trac quand ce jour-là elle entonne La Môme du Casino.

En 1894, au Trianon-concert où elle lance Max, Ah c'que t'es rigolo, le succès est fort modeste.

 


Mistinguett photographiée par Nadar vers 1900

 

Mistinguett, tout court, court, comme mes cheveux !

Elle cherche sa voix, sa vocation et son nom de scène.

Inspiré de l’opérette Miss Helyett ou de la chanson La Vertinguette, ou la Mistingo autre chanson à succès, voilà qu’au fil de ses spectacles, ce surnom devient Mistinguett, tout court, court comme mes cheveux dira-t-elle !

Chanteuse comique à l’Eldorado de 1897 à 1907, elle expérimente l’art de la scène.

Un brin de comédie, une mimique unique, un sens de la répartie, une voix gouailleuse et des pas de danse en font une vedette consacrée malgré sa voix insuffisante.

Le public se prend à l’aimer.

La scène du Moulin-Rouge l’accueille le 29 juillet 1907 dans La Revue de la Femme. Son talent est reconnu et le triomphe au rendez-vous.

En autodidacte, elle se fait une place en haut de l’affiche dans le monde du music-hall. Issue d’un milieu modeste, elle commente ainsi son parcours : La banlieue, n’en sort pas qui veut. J’avais un don : la vie. Tout le reste, reste à faire, à penser. Je n’ai pas pu me permettre d’être un bel animal, il a fallu penser à tout.

Aux Folies Bergères, c’est la Valse renversante, un spectacle  avec Maurice Chevalier en 1912 et le début d’une longue histoire d’amour qui durera une décennie. Coup de foudre, baisers, disputes, réconciliations, ils ne se quittent plus, la presse les surnomme les danseurs obsédants.

 


Mistinguett au Moulin-Rouge en 1911

 

Devient espionne pour faire libérer son amant prisonnier, Maurice Chevalier

Pour faire libérer Maurice Chevalier blessé et prisonnier en Allemagne pendant la Première Guerre mondiale, Mistinguett se porte volontaire pour être espionne. De Berne et d’Italie, elle obtient de nombreux renseignements et ses relations avec le roi d’Espagne permettent de faire libérer son amant.

A la suite de Gaby Deslys, elle devient la vedette incontestée du Casino de Paris dirigé par Léon Volterra.

Durant les années 1920, les opérettes à succès s’enchaînent pour cette Miss, gloire nationale et tête d’affiche des grandes revues qui font accourir le Tout Paris.

Rio de Janeiro accueille Mistinguett la parisienne en vedette du grand bal d’ouverture du Copacabana Palace en 1923.

Attirée par le cinéma dès 1908, Mistinguett jouera au final dans plus de 64 films dont jusqu’en 1917, de nombreux films muets.

Mistinguett a 41 ans quand elle s’entiche à partir de 1916, d’un jeune affichiste de 16 ans, Charles Gesmar qui dessine affiches et costumes qui font sa gloire des années 1920. Confident de Mistinguett, il habite sur son palier et la surnomme « Maman ».

Un enfant naturel lui naît en 1901, de sa liaison avec Léopold de Lima qui reconnaît l’enfant en 1903.


Affiche du Moulin-Rouge par Charles Gesmar

 

Pour retrouver Mistinguett :

Ça...C'est Paris ! 1926-1927 :
https://www.youtube.com/watch?v=5RygPQ57AgI

On dit  que j’ai de belles gambettes :
https://www.youtube.com/watch?v=LdcASSiZO1w

 

 

Mistinguett ou la magie de l’enchantement sur scène

La danse, le public, la vie artistique et festive conviennent au tempérament de Mistinguett, véritable actrice de la scène par l’influence conjuguée du Bélier et du Scorpion. Et les signes de feu l’amènent aussi sous les rampes des salles célèbres et des revues qui attirent le Tout-Paris.

La magie du déguisement opère et fascine les foules qui retrouvent en Mistinguett, l’art du spectacle qui enchante et fait rêver.

Intuitive et adaptable, elle sait se mettre en scène et réjouir son auditoire avec sa voix gouailleuse et traînante.

Par l’entremise du Sagittaire, rien d’étonnant à la voir magnifier ses jambes par plumes, aigrettes et toilettes, si bien qu’on lui trouve les « plus belles jambes de Paris », qu’elle fait assurer pour 500.000 francs (soit plus de 660.000 euros).

Symbole du music-hall français des années folles, Mistinguett incarne le bien-vivre, la fête et l’enchantement par son spectacle joyeux et populaire.

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page