les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Il y a plus d'un demi-siècle, un footballeur français s’illustrait à la Coupe du Monde 1958.
Premier Français à décrocher le Ballon d’or en 1958, ce footballeur aux 45 sélections marque l’Equipe de France. Il participe à la Coupe du Monde à l’été 1958 en Suède où la France finit 3e, sa meilleure performance jusqu’alors.

télécharger cet article

 

Raymond KOPA
Né KOPASZEWSKI

Né le 13 octobre 1931 à 9h à Nœux-les-Mines 62 Pas-de-Calais
Selon état-civil Didier Geslain via la FDAF

Décédé le 3 mars 2017 à Angers Maine-et-Loire 49

 


Raymond Kopa sous le maillot de l'équipe de France en 1960.

 

A 8 ans, il crée son équipe de foot de rue et à 17 ans intègre l’équipe première de Nœux

A 18 ans, il signe son premier contrat professionnel  à  Angers

Le Real Madrid lui doit 48 buts en 158 rencontres

Considéré comme la première « star » du football hexagonal

Il milite aussi pour faire évoluer les instances du football.

Fin stratège à l’esprit gagneur, il est acteur de l’évolution du football du milieu du 20e siècle

 

 

A 8 ans, il crée son équipe de foot de rue et à 17 ans intègre l’équipe première de Nœux

Petit-fils d’immigrés polonais installés dans les Hauts-de-France après la Première Guerre mondiale, il commence à jouer dans les corons où son père est mineur.

Comme il se sent plus doué pour le football que pour les matières enseignés à l’école, dès l’âge de cinq ans, il passe le plus de temps possible à jouer des matchs.

Son talent est déjà affirmé puisqu’à l’âge de 8 ans, avec des Polonais, quelques Français et des Italiens, il crée sa première équipe de football dans la rue qui se fait vite une réputation dans les corons.

Repéré pour ses dribbles, dès l’âge de 11 ans, il intègre en 1941 le club de football local l’US Noeux-les-Mines où il est brillant joueur tandis que son frère Henri est gardien de but.

A défaut d’être apprenti électricien, en 1945, il travaille à la mine comme rouleur à pousser les chariots chargés de minerai. En octobre 1947, il a le pouce et l’index de la main gauche fracassés et en partie amputés à la suite d’un éboulement, ce qui lui faut une pension mensuelle de 200 francs.

De retour à la mine en 1949, son statut de joueur de l’équipe première de l’US Nœux lui vaut d’avoir un poste de chaudronnier moins usant et en surface.

En 1949, il termine second au Concours du jeune footballeur où il est repéré par le club de seconde division d’Angers. Là, le nom de Kopaszewski devient Kopa par la volonté de l’entraîneur du club qui trouve que cela sonne bien et se retient mieux.

 

A 18 ans, il signe son premier contrat professionnel  à  Angers

Deux ans plus tard, remarqué par Albert Batteux entraîneur rémois, Raymond Kopa intègre le Stade de Reims, en 1951 après d’âpres négociations entre le club d’Angers et celui de Reims.

Entre 1951 et 1956, Kopa remporte deux titres de champion de France et atteint la finale de la Coupe d’Europe des Club champions en 1956, seulement battu par le Real Madrid : une première pour un club français.

Kopa influence de façon certaine le jeu de l’équipe champenoise. Son style impressionne et fait l’admiration au point qu’il est convoité par les plus grands clubs européens alors qu’à cette époque la carrière des joueurs dépasse rarement le cadre hexagonal.

En août 1956, c’est au Real Madrid que Raymond Kopa vient jouer et installe sa famille dans la capitale espagnole. En même temps qu’il intègre la meilleure équipe du monde, il multiplie par dix son salaire. Il y est surnommé Kopita en raison de sa petite taille (1.68m).


Formidable dribbleur, Kopa crée le danger dans les défenses adverses.

  

Le Real Madrid lui doit 48 buts en 158 rencontres

Le Real Madrid où il joue de 1956 à 1959, lui apporte la consécration. Il devient le 1er Français vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions.

Autorisé à rejoindre l’Equipe de France, il joue la Coupe du Monde 1958 en Suède, ce qui vaut à Kopa d’être nommé meilleur joueur de la compétition, malgré le sacre de Pelé avec ses compatriotes brésiliens.

Durant sa période au Real Madrid Kopa marque 48 buts en 158 rencontres disputées avec le club espagnol. Il participe à quelques unes des plus belles saisons du club.

Décidé à revenir en France à partir de 1959, il termine sa carrière au Stade de Reims qui devient vice-champion de France pour la saison 1962-1963.

Mais la saison suivante est un tournant dans la carrière de Kopa. Suspendu deux mois et demi  pour refus de jouer en sélection à la suite d’une altercation avec le sélectionneur, il est également suspendu pendant six mois à cause de ses propos dans la presse : Les footballeurs sont des esclaves.

Il tire sa révérence à l’âge de 35 ans.

 

Considéré comme la première « star » du football hexagonal

Profitant de sa popularité de joueur, dès 1954, il est en partenariat avec un équipementier pour commercialiser des chaussures à son nom. Et à sa fin de carrière, il crée le groupe de vêtements de sports Kopa dont il est le principal représentant jusqu’en 1991.

Il s’intéresse alors le tennis où il se classe 15-5.

Il a auparavant participé au Rallye Paris-Dakar 1985 comme copilote d’Etienne Smulevici sur Mitsubishi Pajero en terminant l’épreuve à la 65e place.

Il publie Kopa par Raymond Kopa en 2006, dont il reverse les bénéfices à la Recherche contre le cancer.

 


Kopa en 1963

 

Il milite aussi pour faire évoluer les instances du football.

Avec Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, il est le seul joueur à avoir figuré quatre saisons consécutives parmi les trois premiers du classement du Ballon d’or.

Elu champion des champions français par le journal L’Equipe en 1955 et 1958, il est lauréat du Prix Deutsch-de-la Meurthe de l’Académie de sports en 1958 destiné à récompenser un fait sportif susceptible d’entraîner un progrès matériel, scientifique ou moral pour l’humanité.

En 1962,  il devient le premier joueur de football à avoir sa statue de cire au Musée Grévin.

Footballeur éblouissant, il est aussi homme de caractère et s’investit avec son ami Just Fontaine pour faire évoluer les instances dirigeantes du football français. Il milite pour la mise en place de contrats à temps pour les joueurs pour lesquels, il contribue à créer un syndicat en 1961.

Finalement, le contrat à temps est mis en place en France en 1969.

Fait chevalier de la Légion d’honneur en 1970, pour l’ensemble de sa carrière, il est l’un des premiers footballeurs à recevoir cette distinction.

En 2000, L’Equipe le classe 3e joueur français du siècle.

 

 

Fin stratège à l’esprit gagneur, il est acteur de l’évolution du football du milieu du 20e siècle

Fin tacticien et combattant imaginatif, Raymond Kopa est assurément habile dribbleur et excelle quand la situation est complexe.

L’influence scorpionnesque lui donne le talent pour bien gérer ses efforts en toutes circonstances et avec un solide sang-froid.

Avide de tout découvrir, sa curiosité naturelle le porte à explorer divers domaines qui réclament stratégie et sens des affaires. Sensible à l’équité et volontiers rebelle, il agit pour faire évoluer les règlements relatifs aux contrats des joueurs.

Combatif obstiné jusqu’à la victoire, ce gagneur est taillé pour laisser sa marque de leader dans tous les domaines où il s’investit.

 

 


(Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page