les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

La Grande Guerre révèle cet officier, nommé en 1916, Maréchal de France…

 

Joseph Jacques Césaire JOFFRE

né le 12 janvier 1852 à 8 heures du matin à Rivesaltes P. O. 66
selon acte n°14

décédé le 3 janvier 1931 à Paris

 

 

 

Ses bonnes origines et ses talents lui permettent de sortir de Polytechnique comme officier du génie

Né dans une famille nombreuse et aisée du Roussillon où son père est tonnelier, après des études secondaires à Perpignan, il entre à l’Ecole Polytechnique en 1869, à 17 ans. Il est benjamin de sa promotion. Quand éclate la guerre franco-prussienne à l’été 1870, il y participe en tant que sous-lieutenant ; il est déçu par la médiocrité de la défense française. Durant la Semaine sanglante, Joffre se déclare hostile à la Commune qui sème un terrible chaos dans Paris.

Il se marie le 11 octobre 1873 à une jeune veuve qui décède en couches le 3 avril 1874 à Montpellier. Affecté à Versailles au printemps 1874, il participe notamment à la reconstruction de l’enceinte fortifiée de Paris.

Initié franc-maçon, il fait partie de la loge Alsace-Lorraine. Nommé capitaine, il travaille, entre autres, aux fortifications du Jura à Pontarlier.

 

« Officier très intelligent et instruit. Capable, zélé, tout dévoué à son service. A déjà eu l'occasion de faire de grands travaux de fortification [..]. Par son mérite, par sa manière de servir, cet officier est digne d'arriver aux grades élevés de l'armée du génie. » Colonel Mensier, été 1885

 

Sur sa demande fin 1884, il sert en Extrême-Orient  au Tonkin, puis au Soudan et à Madagascar et devient général de brigade en 1902. En 1911, il est chef d’état-major de l’armée et vice-président du Conseil supérieur de la guerre.

Joffre réorganise et modernise une armée qui fonctionne encore comme en 1870 ! Le service militaire est porté à 3 ans.

Joffre est l’instigateur d’un plan de mobilisation prévoyant « l’offensive à tout prix » en cas de guerre (plan XVII). Quand la guerre éclate, il est commandant en chef des armées du Nord et du Nord-Est.

Au début du conflit, confronté à de nombreux cas d’automutilation, de désertion, de refus d’obéissance, Joffre crée les cours martiales, conseils de guerre spéciaux qui condamnent à mort au moindre doute, laissant peu de place à la défense. L’affaire des Martyrs de Vingré en est une émouvante et terrible illustration.

Il perd la bataille des frontières (14-24 août 1914), mais ordonnant un repli stratégique et avec l’aide de Gallieni, il contre attaque et remporte la 1ère victoire de la Marne (5-12 septembre 1914). Ainsi, il contribue à arrêter la course à la mer des forces allemandes.

 

Devenu très controversé pour sa stratégie d’offensive à outrance, il est remplacé mais élevé à la dignité de Maréchal de France

Devenu commandant en chef des armées françaises en 1915, il est de plus en plus critiqué et controversé pour sa stratégie d’ « offensive à outrance », extrêmement coûteuse en vies humaines pour des résultats médiocres sur le terrain notamment lors de la bataille des frontières et de la bataille de la Marne.

Ainsi, en 1916, il est remplacé par le général Nivelle. Alors, il est élevé à la dignité de Maréchal de France et, en 1917, il est chargé d’une mission en Amérique, puis élu à l’Académie Française en 1918.

 

 

JOFFRE Joseph

 
(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page