les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Béatifié le 1er mai 2011, à la tête de l’Eglise Catholique Romaine pendant 26 ans, il est vu comme un des leaders politiques les plus influents du 20e siècle

 

Karol Jozef WOJTYLA, élu pape le 16 octobre 1978, choisit le nom de :

JEAN-PAUL II

Né le 18 mai 1920 à Wadowice en Pologne, à 17 heures
selon sa biographie et l’heure donnée par lui-même
(données transmises par Monique Kalinine)

décédé le 2 avril 2005 à Rome Italie à 21h37

 

 

Tôt orphelin, étudiant passionné de théâtre et de littérature, il devient prêtre

Orphelin de mère à neuf ans, trois ans après, son frère décède de maladie et son père meurt le 16 février 1941. Jeune étudiant polonais de vingt ans, il est désormais seul survivant de sa famille.

Passionné par la littérature et le théâtre, il se fait acteur et metteur en scène pour des représentations clandestines. Pendant l’occupation nazi, il conçoit le théâtre comme un moyen de résistance et de défense de la patrie polonaise.

Ouvrier dans une carrière de pierre, puis dans une usine chimique, c’est en 1942, qu’il décide de devenir prêtre. Il commence son séminaire dans la clandestinité. Il échappe à un rafle en 1944 dans son immeuble : demeuré en prière silencieuse dans sa chambre située dans le sous-sol.

 

Son ministère, exercé en régime communiste, révèle
un prêtre à l’intellect exigeant, concret et proche des fidèles

Ordonné prêtre à 26 ans, en 1946, on l’envoie de suite à Rome compléter sa théologie. Revenu en Pologne en juin 1948, et devenu prêtre de campagne, il y découvre la réalité du stalinisme. Pour comprendre le communisme, il lit Lénine et Marx et commente :

« Le socialisme n'est pas contraire aux enseignements de l'Église, mais les méthodes des communistes sont contre l'Église. Le communisme prétend imposer aux gens des conceptions matérialistes, il torture la nation ». Face aux pressions du régime communiste, il affirme que « les choses mauvaises, doivent être vaincues par la bonté. Nous devons montrer le bon exemple, faire preuve d'humilité »

 

Pasteur hors du commun, promu à de hautes responsabilités, il devient cardinal en 1967

Ses qualités lui permettent d’être vite promu à de hautes responsabilités : vicaire, aumônier d’étudiants, professeur de philosophie puis, en 1958, auxiliaire de l’évêque de Cracovie. Il a seulement 38 ans ! Puis, en 1964, il devient le plus jeune administrateur de diocèse de Pologne.
Convié à participer aux travaux du Concile Vatican II et
parlant le français, l'anglais, l'allemand, le polonais, le russe, l'espagnol, l'italien et le latin, Karol Wojtyła  y devient progressivement le porte-parole de la délégation polonaise.

Dès lors, devenu Homme d’Eglise d’envergure internationale, Karol Wojtyla est fait cardinal par Paul VI en 1967. Il est alors le plus jeune des cardinaux vivants. Il reste, cependant, préoccupé en premier lieu par les souffrances du peuple polonais et se fait ardent promoteur des droits de l’homme.


Karol Wojtyla, jeune prêtre avec ses étudiants en 1950 à Cracovie

 

Elu pape en 1978, il exhorte les peuples avec ces mots : « N’ayez pas peur ! »,
et son pontificat change le monde

Elu pape le 16 octobre 1978, il choisit le nom de Jean-Paul II. Il est le premier pape slave de l'histoire et le premier non-italien depuis 1522.

Il donne un souffle nouveau à l’Eglise.  Son élection va contribuer  significativement à l’effondrement du bloc de l’Est et à la chute du mur de Berlin, le 9 novembre 1989.

 
timbre commémoratif pour ses 70 ans édité en RDA

 

En 1986, il lance les premières « journées mondiales de la jeunesse »  témoignant de sa volonté de répondre aux préoccupations des jeunes et de les rencontrer.

Mais l’évènement le plus marquant de son pontificat est la réunion à son initiative des représentants de toutes les grandes religions. C’est à Assise, le 27 octobre 1986 pour participer à une Journée Mondiale de la Prière. Pour la première fois dans l’histoire, toutes les religions sont rassemblées afin de prier pour la paix.

« Sportif de Dieu », il résiste aux épreuves, malgré attentats et maladies, puisque son pontificat de 26 ans, en fait le troisième plus long de l’histoire de l’Eglise, après celui de Saint-Pierre et de Pie IX.

Quand il décède en 2005, on lui doit : 14 encycliques, 104 voyages au cœur de 130 pays, 1338 béatifications et 482 canonisations.

 


au Brésil en 1997

 

Rassembleur et promoteur des droits de l’homme, ce pape demeure encore très populaire

A son tour, il est déclaré « bienheureux » par Benoît XVI le 1er mai 2011. Lors de cette cérémonie, plus d’un million de pèlerins se rassemblent à Rome dont 80 000 Polonais et 40 000 Français, 2 300 journalistes de 101 pays et 87 délégations officielles.

Selon un sondage exclusif Pèlerin TNS Sofres publié le 28 avril 2011, Jean-Paul II est sans conteste le pape préféré des Français (73 %), Jean XXIII (21 %), Benoît XVI (20 %) et reconnu avant tout, comme le pape des jeunes.

 

 

JEAN-PAUL II


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

haut de page