les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Oublié ce dessinateur-caricaturiste célèbre du 19e siècle !
Mais dans le musée qui porte son nom, les célébrités prennent vie en 3D.

télécharger cet article

 

Auguste Alfred GRÉVIN

Né le 28 janvier 1827 à 14h à Épineuil 89 Yonne
Selon acte n°1 – AD89 en ligne – 1823-1842 – vue 29/137

 Décédé le 5 mai 1892 à St-Maur-des-Fossés 94 Val-de-Marne

 

 

De la caricature en 2D à la sculpture de cire en 3D

Ses dessins sont burlesques et, typées ses caricatures de Parisiennes

Un original imaginatif qui conserve l’histoire par le dessin

 

 

De la caricature en 2D à la sculpture de cire en 3D

Dans un temps où la photo n’est pas encore en usage dans la presse, Arthur Meyer directeur du quotidien Le Gaulois prend l’idée de donner à voir le visage des personnalités qui font la une de l’actualité dans son journal.

Et cet original de la presse, de la vie mondaine et politique, propose en 1881 à Alfred Grévin, dessinateur réputé, de caricaturer des mannequins de cire, réalisés à la ressemblance de personnages célèbres.

Ce projet de génie fonde le Musée Grévin qui ouvre le 5 juin 1882 avec, aujourd’hui, une fréquentation de 800 000 visiteurs et plus de 200 personnalités représentées. Avec l’appui du financier Gabriel Thomas – à l’origine de la Sté d’Exploitation de la Tour Eiffel – le musée se développe.

Ainsi à la cinquantaine passée, Alfred Grévin passe de la caricature en 2D à la représentation de personnages en 3D.

Le succès est immédiat et le nom de Grévin passe à la postérité.

Au hasard de la visite, on y rencontre Charlie Chaplin, Louis XIV, Napoléon Ier, Jean de La Fontaine… La perfection des visages de cire est telle que, souvent les visiteurs se  mettent à échanger leurs impressions avec… un mannequin assis auprès d’eux sur l’un des bancs du musée.

 
Entrée principale du musée Grévin Bd Montmartre

 

Ses dessins sont burlesques et, typées ses caricatures de Parisiennes

Alfred Grévin, fils de géomètre, doué pour les sciences naturelles et le dessin mais peu attiré par les études, se retrouve employé des chemins de fer à la Compagnie Lyon-Méditerranée. S’amuser et dessiner occupent son esprit.

Le voilà parisien en 1853 et caricaturiste de presse notamment pour le journal Le Gaulois et le Charivari. L’occupation est plaisante mais le salaire maigre et il se fait costumier de théâtre et auteur de pièces.

Les dessins de Grévin font rire et son style burlesque se retrouve aussi dans les ébauches de « ses » femmes.


Affiche de l’ouverture du Musée Grévin

 

En 1869, il participe à la fondation de l’Almanach des Parisiennes.

A son décès, la presse fait en mots une caricature de ce caricaturiste.

Ainsi Les Annales du 15 mai 1892 écrivent :

Grévin fut le poète de la Parisienne moderne, dont il sut, mieux que personne, fixer la piquante silhouette.(…) Ce petit peuple enjuponné du Paris des rues, c'est le bien propre de Grévin. Il a su en fixer d'un trait les allures provocantes, en souligner d'un mot cinglant comme un coup de cravache, l'insouciance bohème et la cynique naïveté. Qui n'a dit en voyant passer une d'elles : Un GRÉVIN !

 

 

Un original imaginatif qui conserve l’histoire par le dessin

Voilà un original imaginatif qui sait en quelques traits bien sentis, donner à voir les célébrités qui l’entourent.

Verseau, Capricorne et Cancer nourrissent son esprit avant-gardiste fait pour lancer ce qui ne s’est encore jamais fait.

Doué pour la mise en scène publique et ami du genre humain, il fait œuvre mémorielle. Il aime conserver le « souvenir » du passé et restituer une foule d’émotions par le dessin puis la sculpture sur cire.

Ses œuvres en disent plus long qu’un discours et font de cet artiste à la fois un ethnologue, un sociologue et un historien… à l’âme de pionnier, car ses créations et son nom sont encore actuels près d’un siècle et demi plus tard.

Ainsi cet humoriste au crayon bien affûté restitue remarquablement l’ambiance de ce couple de concierges avec leur propriétaire. On croit deviner leur dialogue tant l’expression du dessin a un rendu plus évocateur qu’une photographie.


Un bourgeois et ses concierges par Alfred Grévin

 

Longue vie à sa mémoire à travers le musée qui porte son nom :
https://www.grevin-paris.com/

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page