les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Aéronaute célèbre, il est le 1er postier de l’air avec ses ballons-poste qui font merveille pendant le siège de Paris par les Prussiens en 1870.
En 45 ans, il construit 18 montgolfières, 50 ballons à gaz et réalise 1.500 ascensions dans une dizaine de pays et sur deux continents.

télécharger cet article

Pierre Eugène GODARD

né le 26 août 1827 à 23h à Clichy Hauts-de-Seine 92
Selon acte n°230 – AD92 en ligne – E_NUM_CLI 61 1827 – vue 59/98

Décédé le 9 septembre 1890 à Bruxelles Belgique

 

 

Paris assiégé en 1870 ! Mais le courrier et Gambetta s’envolent en ballon !

A 18 ans, il voit décoller un ballon. Sa passion est née !

Aéronaute et constructeur, à peine âgé de 20 ans.

De 1845 à 1890, 18 montgolfières, 50 ballons à gaz, 1.500 ascensions

Démonstration de vol avec saut en parachute, de Jack le singe

Un leader amateur de voyages et de spectaculaire

 

 

Paris assiégé en 1870 ! Mais le courrier et Gambetta s’envolent en ballon !

Dans Paris encerclé par les Prussiens à partir de septembre 1870, plus de communication ni de ravitaillement.

La capitale est coupée du monde, il suffira d’un artiste photographe excentrique et aérostier comme Nadar doublé d’un aéronaute ingénieux comme Godard pour redonner un peu du vent de la liberté à Paris assiégée.

Tournachon, dit Nadar, vient de glisser au gouvernement l’idée d’utiliser des ballons à gaz pour s’évader de Paris par les airs et emporter du courrier en province.

Dans la nacelle suspendue, prennent place, un aéronaute, avec passagers ou non, courrier et pigeon voyageurs. N’étant pas dirigeables, les ballons tomberont n’importe où, au gré du vent et parfois en zone occupée…

Le gouvernement provisoire de la Défense Nationale demande à Eugène Godard de construire des ballons pour la poste aérienne.

La gare d’Austerlitz puis la gare de l’Est deviennent alors ateliers de construction où Eugène Godard, son frère Jules et son épouse, réalisent 33 ballons d’octobre 1870 à fin janvier 1871.

Ces ballons, qui seront la liaison avec la province, permettent l’envol de Gambetta en octobre 1870 et l’envoi de dépêches. Au total ce sont plus de cinquante ballons qui prennent l’air à la barbe de l’ennemi.

 

A 18 ans, il voit décoller un ballon. Sa passion est née !

Fils d’un maître-maçon, Eugène Godard est lauréat du Conservatoire des Arts et métiers. Il envisage la carrière d’architecte, jusqu’à un jour de 1845 où il assiste au décollage d’un ballon libre à gaz. La passion de l’air sera sa vie. Un peu comme Pilâtre de Rozier et le Marquis d’Arlandes qui sont les premiers hommes de l’air de l’histoire, en 1783.  

Pour acheter un vrai ballon, il se fait ficeler à une planchette et emporter par une montgolfière en papier et rafistolée d’emplâtres. Le spectacle est bref, mais les cris du public durent. En effet, le jeune Godard percute les cheminées et pour le libérer, heureusement qu’un épicier en demi-gros, arrivé par une lucarne, consent à couper les ficelles pour prolonger la carrière de cet Icare apprenti.

Des toits de Paris, l’aéronaute en herbe n’en gardera nulle amertume car, organisateur de la Poste aérienne en 1870, il n’aura de cesse de les survoler et les voir défoncés par les 240 canons prussiens à longue portée.

 

Aéronaute et constructeur, à peine âgé de 20 ans.

Il construit sa première montgolfière... qui ne décolle pas.

A partir de 1846, il conçoit et lance avec succès plusieurs montgolfières. L’année suivante, installé à Lille avec son frère Louis, il réalise sa première ascension libre en montgolfière et commence sa carrière professionnelle d’aéronaute-constructeur.

Eugène Godard a 22 ans, quand il rencontre en 1849, le célèbre aéronaute anglais Charles Green qui le persuade de voler en ballon gonflé au gaz d’éclairage. Il construit le Ville de Bordeaux qui fera de nombreuses ascensions, pendant près de vingt ans, jusqu’en 1869.

 


Départ de Gambetta sur le ballon l'"Armand-Barbès" le 7 octobre 1870

 

C’est avec le Ville de Paris son premier grand vol de Paris à Gits en Belgique.

Pour Henri Giffard, inventeur et mécène d’aéronautes, il construit son premier dirigeable à vapeur. En 1853, il survole pour la première fois les Alpes autrichiennes. Il est le 2e aéronaute à survoler les Alpes en ballon.

Le mariage de l’empereur François-Joseph est pour Godard l’occasion de faire une série d’ascensions et aussi de décrocher un contrat avec le gouvernement autrichien. Il se voit décerner le titre d’Aéronaute de l’Empereur d’Autriche.

Voyageur dans l’âme, en 1855, Eugène se rend aux Etats-Unis avec son épouse et son frère Auguste. Il a 28 ans. Il y séjourne jusqu’en 1855, réalisant de multiples ascensions dans les grandes villes américaines et même à Cuba.

En 1856, après un vol périlleux lors d’une tempête à Cincinnati, il invente le panneau de déchirure qui permet de dégonfler instantanément une enveloppe de ballon.

 

De 1845 à 1890, 18 montgolfières, 50 ballons à gaz, 1.500 ascensions

On lui doit la première ascension libre avec passager au Canada sur un ballon de sa construction.

En 1863, il construit l’Aigle, une gigantesque montgolfière pouvant contenir 14.000 m3 d’air chaud.

Durant sa carrière, Eugène Godard accumule les exploits, scientifiques avec Camille Flammarion, militaires ou civils,  inventeur de la télégraphie optique utilisée par les marins et pour les communications nocturnes.

Aéronaute en 1859, lors de la campagne d’Italie, il est la vedette aux yeux du public pour avoir traversé par la voie des airs les Alpes, les monts Karpathes, la mer de la Manche et enlevé avec lui, plus de 4.000 personnes.

Son fils Eugène II né en 1864, sera aussi un célèbre aéronaute et constructeur de ballons.

L’écrivain visionnaire Jules Verne fait le 28 septembre 1873, sa première et unique ascension en ballon avec Eugène Godard, et son fils.

 

Démonstration de vol avec saut en parachute, de Jack le singe

Venu à Saint-Etienne (Loire) faire la démonstration du vol de son ballon Météore gonflé au gaz d’éclairage, le 2 août 1874, l’aéronaute s’élève à 1.427 mètres au-dessus de la place de l’Hôtel-de-Ville.

Pour ajuster son vol, Godard manœuvre la soupape et le lest : ce qu’il appelle « papillonner ».

Une foule considérable, friande d’extraordinaire, assiste au saut en parachute du singe Jack depuis la nacelle en osier du ballon. L’animal dans sa cage atterrit sur la ligne de chemin de fer. Et quelques jours plus tard, l’exploit est réédité et cette fois, Jack se retrouve dans le pensionnat Valbenoîte où il est le premier élève dispensé d’inscription.

En 1885, devenu directeur des Arènes du sport aéronautique, Godard organise la première compétition aérostatique en France, puis se fixe définitivement à Bruxelles, en 1888.

Au terme d’une longue et féconde carrière, cet adepte d’Icare, décroche plusieurs records du monde en altitude, distance et durée.

 

Un leader amateur de voyages et de spectaculaire

Homme de l’air et du feu, Eugène Godard, grand amateur de déplacements, est à l’aise dans le vol aérien possible grâce à l’air chaud qui gonfle le ballon.

Doté d’une âme de leader, il voit clair en toutes situations avec une chance qui lui est fidèle.

S’adapter aux turbulences de l’air et maîtriser le feu lui sont naturels d’autant qu’il est fait pour un métier indépendant et d’avant-garde.

Amateur de spectaculaire dans un contexte festif, la popularité et la réussite lui arrivent aisément.

 

Source documentaire  : wikipédia et  articles de presse de la Tribune-le Progrès du 30 09 02 au 06 10 02 de Serge Granjon

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page