les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Un demi-siècle de passion pour ce constructeur de motos appréciées de l’Armée et de la Police.
Son nom signe une grande marque française synonyme de robustesse et de fiabilité.

télécharger cet article

 

René GILLET

Né René Eugène GILLET le 4 octobre 1877 à 14h30 à Troyes Aube 09
Selon acte n°827 – AD09 en ligne – 4 E 387_278 – vue 210/292

 Décédé le 31 décembre 1944

 

 

Tôt habité par le génie de la mécanique

Sa moto exposée en 1902 est révolutionnaire

Fournisseur des marchés d’Etat, sa notoriété devient internationale

François Gillet et Louis Tanon, associés pendant 40 ans pour le meilleur de la moto

 

 

Tôt habité par le génie de la mécanique

Apprenti chez un serrurier dès 14 ans, il rejoint sa famille à Malakoff et finit par décrocher un emploi dans une entreprise de mécanique générale dans la banlieue parisienne en 1895. Pour s’y rendre, il veut un moyen de locomotion plus rapide que sa petite bicyclette. C’est alors qu’il songe à équiper son vélo d’un petit moteur.

Tôt habité par le génie de la mécanique, ce fils de cheminot, conçoit son premier moteur à essence dès 1895 et commence la construction en série.

Son ingéniosité et sa débrouillardise font fi du manque de finances et il parvient à construire des carburateurs.

Ouvrier en atelier la journée, le soir venu il  part tester ses machines sur les routes. Qu’importent les nombreuses pannes, il persévère jusqu’à la mise au point de sa machine qui a des allures de vélo à moteur.

A cette époque, si  les rares véhicules à moteur excitent la curiosité des badauds, ils  promettent mille et un ennuis à leur conducteur qui peut finir la balade en remorquage, après s’être fait doublé par les vélos !

 

Sa moto exposée en 1902 est révolutionnaire

La moto que Gillet expose en 1902 au Salon de l’automobile fait révolution. La machine, avec ses manœuvres au guidon et son cadre surbaissé ne ressemble plus à une bicyclette. Anglais et Américains s’en inspirent pour leurs motos.

La concurrence s’exacerbe en France, mais les fabricants d’accessoires, persuadés que la motocyclette est une utopie, n’aident en rien notre constructeur qui doit acheter des pièces en Angleterre.

En 1900, il conçoit une petite machine de 350cc capable d’atteindre 30 km/h.

En 1903, il crée un moteur avec deux cylindres en V, qui sera amélioré sans cesse pendant un demi-siècle.

Il crée une marque en 1898 et dépose son 1er brevet en 1904

 

 

Fournisseur des marchés d’Etat, sa notoriété devient internationale

René Gillet doit aussi sa réussite à son commanditaire Louis Tanon, docteur en médecine, qui lui apporte en 1906, 150.000F soit 100 fois le salaire annuel d’un mécanicien (entre 1.500 et 1.800F), alors que le constructeur n’a pu réunir que 8.000F. Les deux hommes liés par une indéfectible confiance, resteront associés jusqu’en 1944, René Gillet assurant la direction de la société.

Belle idée que de soumissionner pour les marchés de l’Etat au début des années 1920 ! Sa moto de 750 cm3 est adoptée par l’armée, la police et les grandes administrations. Ces marchés renouvelés d’année en année assurent à René Gillet un fond important de clientèle. Dès lors, il lui faut investir de vastes locaux à Montrouge.

Les particuliers, encouragés par ce marché d’Etat, font à leur tour confiance à cette marque et adoptent la moto René Gillet réputée robuste et fiable.

Sa notoriété internationale se développe et les motos Gillet circulent dans le monde entier.

Et pour sortir en famille, Gillet conçoit le side-car, moyen pratique de grand tourisme populaire, mais aussi utilisé comme ambulance.

Côté sport, la marque est engagée dans de nombreuses courses d’endurance et remporte le Bol d’or à plusieurs reprises et des raids sportifs à l’étranger.

Doyen des constructeurs français, René Gillet agrandit son usine en 1938.

Après son décès en 1944, sa société continue avec ses fils René et Jean mais le géant Peugeot rachète la marque en 1955 qui disparaît en 1957.

 

Sources documentaires et photos :
http://www.lerepairedesmotards.com/dossiers/constructeurs/rene-gillet.php
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Gillet_(entreprise)
https://renegillet.monsite-orange.fr/page-591d5b3a19345.html

 

 


Une René Gillet 750 cm3 G1 de 1939


https://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Gillet_(entreprise)

 

 

François Gillet et Louis Tanon, associés pendant 40 ans pour le meilleur de la moto

Une ingéniosité artiste et persévérante pourrait résumer tout un pan du caractère de René Gillet qui a l’art et la manière de sortir le meilleur en mécanique.

Une persévérance à toute épreuve conduit ses recherches avec une fine intuition, du pragmatisme et une redoutable minutie.

Adaptable aux besoins de son époque, il s’applique à construire le meilleur pour satisfaire le plus grand nombre. Ainsi, du sport individuel au tourisme familial et même au transport sanitaire, sans  oublier de servir les grandes administrations, son art est universel.

Belle rencontre que celle de René Gillet avec Louis Tanon, qui partagent la même passion pour l’ingéniosité mécanique, l’art du service aux autres et l’adaptabilité aux besoins de son temps.

Apporter ses finances pour développer un mode de déplacement moderne convient bien à ce commanditaire qui ne revendique nullement les premières places.

 

Chapeau à ces deux hommes ingénieux qui ont écrit les premières pages de l’histoire motocycliste !

 

 

 René GILLET


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

Et son commanditaire associé pendant plus de 40 années :

 

Louis TANON

Né le 17 septembre 1876 à midi à Paris 6e
Selon acte n° 2292 – Archives de Paris en ligne – vue 7/13 – V4 E 3175

 Décédé le 3 septembre 1969 à Paris 20e


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page