les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

La 1ère femme décorée de la Légion d’Honneur,
espionne héroïne ou mystificatrice !

 

Lucie Juliette DODU

 

née le 15 juin 1848 à 1 heure du matin à Saint Denis 97 La Réunion

décédée le 28 octobre 1909

 

 

 

Juliette, espionne des messages télégraphiques prussiens pendant la guerre de 1870

Née d’un père chirurgien métropolitain et d’une mère créole, elle est orpheline de père à 2 ans. Sa mère remariée, puis à nouveau veuve, quitte La Réunion, en 1864, pour la France avec toute sa famille. Elle obtient grâce au soutien de l’impératrice Eugénie, la direction d’un bureau télégraphique à Pithiviers.

En 1870, la guerre franco-prussienne oppose la France du Second Empire aux Allemands rassemblés derrière le Royaume de Prusse. Les bureaux du télégraphe sont occupés par l’ennemi et la famille Dodu est cantonnée au 1er étage de la maison.

Comme les fils du télégraphe passent dans une chambre, Juliette installe une dérivation connectée à un récepteur qu’elle avait conservé. Cela lui permet d’accéder aux messages destinés à l’occupant et de les transmettre intégralement à l’armée française.

C’est ainsi que 40 000 soldats français, en faction vers Orléans, évitent les pièges de l’ennemi.

 

Condamnée à mort comme espionne, l’armistice la sauve

Juliette sait également user de son charme pour mettre en confiance et se faire des relations au sein de l’état-major prussien.

Pendant 23 nuits, elle intercepte ainsi les messages jusqu’au jour, où lors d’une querelle avec sa gouvernante, l’occupant comprend ce que disent les 2 femmes. Le stratagème est découvert et le récepteur confisqué.

Jugée par une Cour martiale, Juliette est condamnée à mort. Heureusement quelques jours plus tard, l’armistice est signé et elle est graciée par le Prince Frédéric-Charles de Prusse.

Le Président Mac Mahon  signe le décret du 30 juillet 1878, décernant la médaille militaire et la croix de la Légion d’Honneur à Juliette pour ses actes héroïques au péril de sa vie.

En 1880, elle devient inspectrice des écoles et salles d’asile et s’installe en Suisse. Elle décède le 28 octobre 1909 chez son beau-frère le peintre Odilon Redon. Elle reçoit des funérailles nationales.

 

 

Histoire controversée : héroïne au péril de sa vie ou mystification ?

De nombreuses questions surgissent à propos de cette histoire. Certains disent que Juliette n’a rien intercepté au péril de sa vie. Y-a-t-il erreur sur la personne car c’est sa mère qui est receveuse des postes ? Comment cette jeune fille, peu instruite, aurait-elle pu déchiffrer les messages en allemand et les traduire ?

Malgré la grande précision de certains récits historiques, aucun rapport militaire ne cite le sauvetage de 40 000 soldats français où que ce soit.

Nulle trace n’est trouvée, non plus, de sa condamnation, ni de sa grâce.

Selon Guy Breton, la France qui vient de perdre l’Alsace et la Lorraine et de massacrer la Commune de Paris, a tant besoin de héros positif, dès lors Juliette fait figure d’héroïne malgré les incertitudes de l’histoire.

Certains prétendent que Juliette aurait été la maîtresse du Prince Frédéric-Charles de Prusse et qu’elle aurait collaboré avec l’ennemi et même qu’elle aurait été un agent double !

 

Fable ou réalité, le souvenir de Juliette est commémoré par La Poste en 2009.

Malgré tout, en 2009, La Poste honore la mémoire de Juliette Dodu par un timbre à son effigie.

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

haut de page