les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

En pionnière de l’action sociale, elle s’engage activement pour la formation des femmes puis dans le scoutisme catholique.

télécharger cet article

 

Marie Diémer

Née le 11 septembre 1877 à 21h30 à Epinal 88 Vosges
Selon acte n°297 – AD88 en ligne – vue 16/20

 Décédée le 3 juin 1938 à Fontainebleau Seine-et-Marne 77

 

 

D’origine alsacienne et protestante, née dans une famille aisée…

Elle s’investit  au profit de la formation des femmes,

Et fonde la première école d’action sociale.

Elle contribue à organiser le scoutisme catholique.

Eduquer et servir dans un monde associatif, voilà sa mission !

 

 

D’origine alsacienne et protestante, née dans une famille aisée…

Elle naît vosgienne d’ascendance alsacienne comme de nombreuses familles venues s’installer à Epinal après l’annexion de l’Alsace-Moselle consécutive à la guerre franco-prussienne de 1870.

Son père est notaire et sa mère Marie Suzanne Thorens est apparentée aux tisseurs Dollfus ainsi qu’à la famille Kœchlin qui s’illustre, entre autres, dans les chemins de fer, la musique ou la conception de la Tour Eiffel.

Au sein de sa famille installée à Paris en 1893, ses études sont encouragées par son père et elle étudie les religions anciennes, la philosophie et l’ethnologie.

Elle voyage en Italie et aussi en Angleterre où elle découvre le settlement, mouvement social libéral en vogue jusqu’aux années 1920, visant à réunir riches et pauvres dans une communauté solidaire au sein de la société.

 

Elle s’investit  au profit de la formation des femmes,

En février 1914, Marie participe à l’assemblée générale constitutive de l’Association des infirmières visiteuses de France (AIV) présidée par la Marquise Berthe de Ganay en lien avec plusieurs associations notamment la Croix Rouge. L’AIV s’organise sur le modèle du settlement américain et Marie Diémer se soucie de la formation du personnel employé par ces associations.

Grâce à ses rencontres avec des œuvres caritatives américaines notamment la Mission Rockefeller, elle participe à l’organisation de cours de formation de visiteuses pour la lutte contre la tuberculose.

Le 1er mai 1917, elle contribue à la fondation de l’Ecole de surintendante d’usine et de services sociaux notamment avec Cécile Brunschvicg, Renée de Montmort et le soutien des ministres Albert Thomas et Léon Bourgeois.

Infirmières à l’origine, les surintendantes ont mission d’implanter des services sociaux dans les usines et promouvoir la protection contre les risques professionnels dans une période où de nombreuses femmes ont dû prendre le travail des hommes mobilisés à la guerre.

 

Et fonde la première école d’action sociale.

En 1919, Marie Diémer et Apolline de Gourlet fondent la première école d’action sociale Pro Gallia pour former, en deux années de stage, les travailleuses sociales professionnelles de toutes spécialités, particulièrement celles qui se vouent aux problèmes d'ordre éducatif, soit pour donner aux jeunes gens et aux jeunes filles ayant terminé leurs études secondaires un complément de culture, les initiant aux problèmes sociaux et leur permettant d'acquérir des connaissances indispensables à l'heure actuelle.

Dans cette école qui devient plus tard l’Ecole d’action sociale, Marie s’impliquera toute sa vie, jusqu’en 1937.


Marie Diémer en uniforme (1931)

 

Elle contribue à organiser le scoutisme catholique.

Pendant la guerre de 1914-1918, Marie Diémer est sollicitée, avec Renée de Montmort pour organiser des activités de scoutisme au profit des enfants des régions touchées par les combats, notamment dans l’Aisne.

Aux côtés d’Albertine Duhamel, elle s’efforce de fédérer le scoutisme catholique à l’image de ce qu’est déjà le scoutisme protestant ou laïc. Les Guides de France voient officiellement le jour en 1923. Elle publie en 1927 Le Livre de la Forêt bleue destiné aux Jeannettes (8-12 ans) ainsi que deux autres publications en 1937 et 1938.

Protestante par son origine familiale, Marie devient progressivement catholique et se convertit en 1924.

En militante active et d’avant-garde, elle voue son existence à promouvoir l’éducation et l’action sociale pour les femmes et ensuite contribue à organiser le scoutisme catholique au féminin.

 

Sources documentaires :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie_Di%C3%A9mer
https://fr.scoutwiki.org/Marie_Di%C3%A9mer

 

 

Eduquer et servir dans un monde associatif, voilà sa mission !

S’ouvrir aux autres cultures pour promouvoir un esprit d’équité sociale et éduquer la jeunesse de son pays, sont autant d’enjeux qui parlent au tempérament de Marie Diémer.

L’influence de la Vierge et des Gémeaux l’incite à avoir l’esprit service et organisateur pour former au profit des plus simples et des plus démunis ainsi que des jeunes.

Soutenue par une grande créativité, du sang-froid et un réel talent relationnel, elle a besoin de se dévouer sa vie durant dans le monde associatif pour des œuvres d’envergure au profit de l’humain et de son devenir.

Cet esprit pionnier se manifeste tout naturellement chez elle, en direction des femmes et de la jeunesse.

Voici un bref hommage à Marie Diémer qui a contribué à organiser l’action sociale en France pour la formation des femmes puis l’éducation de la jeunesse par le scoutisme.

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page