les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Cette demi-mondaine, amante de politiciens et d’ecclésiastiques,
se passionne pour l’occultisme et les messes noires.
Elle inspire à Clésinger le buste de Marianne.

télécharger cet article

 

Berthe de Courrière
Née Caroline Louise Victorine Courrière dite…

Le 1er juin 1852 à 16h à Lille Nord 59
Selon acte n°1089 – AD59 en ligne – Lille N (1851-1852) – vue 597/795

 Décédée le 14 juin 1916 à Paris

 


Tête du buste représentant Marianne symbole de la République Française
réalisé par le sculpteur Clésinger en 1875

 

A la conquête de Paris et des hommes de pouvoir…

De l’occultisme aux séjours psychiatriques…

Séduction, jouissance et narcissisme marquent cette personnalité

 

 

A la conquête de Paris et des hommes de pouvoir…

Venue à Paris pour conquérir le monde, elle y conquiert des hommes de pouvoir. Maîtresse du général Boulanger, elle séduit également ministres et hommes politiques.

Sa corpulence charpentée et ronde lui vaut les surnoms de « grande dame » ou « Berthe aux grands pieds ».

Son physique opulent séduit le gendre de George Sand, le sculpteur et peintre Auguste Clésinger qui en fait son modèle pour la Marianne présente au Sénat ainsi que pour la statue colossale de la République pour l’Exposition Universelle de 1878.

Décédé en 1883, l’artiste fait de la jeune femme sa légataire universelle. Dès lors, devenue trentenaire, Berthe se retrouve nantie d’une belle fortune.

En 1886, après sa rencontre avec le jeune écrivain et critique d’art, Rémy de Gourmont, elle est bien vite admise au statut de maîtresse et d’égérie. Gourmont s’installe chez Berthe, rue de Varennes, puis rue des Saint-pères, jusqu’à son décès en 1915.

L’amour inspire tant l’écrivain qu’il adresse à sa belle des lettres passionnées pendant l’année 1887, réunies en un volume Lettres à Sixtine (1921).


Statue de la République Exposition universelle Paris 1878
https://www.appl-lachaise.net/appl/article.php3?id_article=372

 

De l’occultisme aux séjours psychiatriques…

Présentée par Gourmont à l’écrivain Huymans en 1889, Berthe lui inspire le personnage de Hyacinthe Chantelouve dans son roman Là-bas paru en 1891.

Berthe devenue férue d’occultisme se livre à diverses expériences et une affaire de messe noire qui  manque de mal tourner, lui vaut un séjour d’un mois en asile psychiatrique.

Le 8 septembre 1890, la police la retrouve à Bruges, presque nue, à proximité de la maison d’un chanoine, recteur de la Chapelle du Saint-Sang et exorciste réputé, Louis Van Haecke.

Attirée par le clergé et les ecclésiastiques, elle s’emploie à les séduire par tous les moyens possibles. Antoine Boullan, abbé défroqué par sa hiérarchie comme hérétique, sera un temps son amant.

Son intérieur est un bric-à-brac d’objets hétéroclites liés au culte religieux.

Sa santé mentale nécessite un second internement en 1906 à Bruxelles.

Décédée à l’âge de 64 ans, sa sépulture repose au cimetière du Père-Lachaise où sa tombe attire encore les amateurs de messes noires.

 


Le sculpteur Clésinger photographié par
Nadar

https://fr.wikipedia.org/wiki/Auguste_Cl%C3%A9singer#/media/File:Auguste_Cl%C3%A9singer_Nadar.jpg

 


Rémy de Gourmont

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:R%C3%A9my_de_Gourmont.jpg

 

 

Séduction, jouissance et narcissisme marquent cette personnalité

Par l’influence conjuguée du Cancer, du Taureau et de la Balance, Berthe a besoin d’attirer sur elle les regards d’hommes à la notoriété publique.

Politiciens et clergé l’attirent particulièrement et auprès d’eux, elle déploie tout son art de la séduction qui est pour elle comme un automatisme.

Douée pour l’art de la mise en scène, elle est le modèle idéal pour le symbole qu’est la Marianne offerte au regard du public pour tout un pays. Du même coup, son narcissisme naturel s’en trouve comblé.

Sous l’emprise d’une force instinctive, rien ne vient retenir son appétit de jouissance des plaisirs de la vie, avec pour elle, la chance d’attirer des amants fortunés.

Lucidité et sens moral sont trop affaiblis pour aider à maîtriser le cours de sa vie tout voué à la jouissance instinctive et nombriliste.

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page