les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Un de ses fidèles parmi les fidèles de Napoléon 1er, son aide de camp et grand écuyer

 

Armand Augustin Louis marquis de CAULAINCOURT
duc de Vicence

Né le 9 décembre 1773 à Caulaincourt Aisne 02
selon acte de baptême sans heure de naissance

décédé le 19 février 1827 à Paris

Fils d’un marquis militaire, il entre dans l’armée dès l’adolescence
Entré à 15 ans au service de son père, officier général, il devient lieutenant à 16 ans puis aide de camp pour devenir en 1792 à 19 ans, capitaine à l’état-major de son oncle.

Pendant la période révolutionnaire, suspect parce que noble, il est pourtant volontaire pour servir, comme simple soldat, dans la Croix Rouge de la garde nationale. Ses qualités personnelles lui permettent de reconquérir rapidement ses grades.

Diplomate en Russie
puis aide de camp de Bonaparte en 1802
C’est avec le titre de colonel que Caulaincourt est chargé,  à l’automne 1801, d’une mission diplomatique de 6 mois à St Pétersbourg. Napoléon Bonaparte, séduit par ses qualités,   le prend comme aide de camp en août 1802 avant de le nommer Général de brigade en août 1803.

En mars 1804, c’est encore Caulaincourt qu’on envoie pour organiser l’enlèvement du duc d’Enghein. Et en juin de la même année, il est promu Grand Ecuyer de Napoléon 1er. A ce titre, il est chargé de sa sécurité personnelle en campagne, de l’envoi des dépêches, des estafettes et des écuries.
Nommé Général de division, il sert à l’état-major de la Grande Armée jusqu’en 1807. Puis, il est envoyé ambassadeur en Russie et fait duc de Vicence en novembre 1807. Ayant abandonné  la carrière des armes, à la fin du Consulat, il essaie en vain de dissuader Napoléon 1er de se lancer dans la tragique campagne de Russie

Un des plus fidèles de Napoléon 1er, il est son seul compagnon et confident lors de son retour de la campagne de Russie
Rappelé en mai 1811, Caulaincourt retourne en Russie en 1812 avec la Grande Armée. Il vit un moment important de sa vie, quand il est le seul compagnon de Napoléon1er lors de son retour en traîneau et en berline de Russie en France qui dure du 7 au 18 décembre 1812. L’empereur se confie à lui et Caulaincourt consignera ses propos dans ses Mémoires qui seront un témoignage précieux sur de nombreux sujets.

Tombe de Caulaincourt au cimetière du Père Lachaise (28ème division).

Il devient sénateur et ministre des Affaires Etrangères  en 1813. En 1814, il est chargé de porter au gouvernement provisoire l’abdication de Napoléon.

Pendant les « Cent Jours » de mars à juillet 1815, il est l’un des hommes politiques, des plus influant et des plus fidèles  auprès de Napoléon pour sa politique étrangère.

De retour en France, il se retire sur ses terres et vit discrètement jusqu’à son décès en 1827

 

  
(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page