les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Considéré comme le père de l’aviation scientifique, ce brillant ingénieur se fait constructeur d’hélicoptères et d’avions. On lui doit toute une lignée d’appareils militaires et commerciaux, comme le « Bréguet-Atlantic »

télécharger cet article

 

Louis Charles BRÉGUET

Né le 02 janvier 1880 à 1 heure du matin à Paris 6e
Selon acte n° 30 - Archives de Paris en ligne – V4 E 3218

Décédé le 04 mai 1955 à St Germain en Laye (78-Yvelines)

 

 

 

Elevé dans un milieu d’ingénieux scientifiques, avec son frère, il invente le Gyroplane

Il est né d’un père ingénieur constructeur, Antoine Bréguet et d’un grand-père Louis François Clément Bréguet, physicien et horloger, qui était lui-même petit-fils d’horloger. Le nom de ce grand-père est inscrit sur la frise du premier étage de la Tour par Gustave Eiffel pour honorer les savants qui ont fait avancer les connaissances techniques entre 1789 et 1889 – date de construction de la Tour Eiffel.

Orphelin de père à deux ans, Louis est éveillé aux sciences grâce à un ami de la famille, le professeur Charles Richet, un homme au savoir encyclopédique.

Sorti major de l’école supérieure d’électricité, brillant ingénieur, Louis est attiré par l’aviation naissante. Avec son frère Jacques, il construit un gyroplane. Cette curieuse machine volante à quatre voilures tournantes est expérimentée dans l’usine familiale à Douai  le 24 août 1907.

André de Bailliencourt, futur pilote d’essai du Breguet-Michelin, observe ces essais de gyroplanes dans les champs de betteraves de Douai.

 

En 1907, le Gyroplane réussit le premier vol stationnaire de plus d’une minute

Mû par un moteur Antoinette de 40ch et piloté par Maurice Volumard, l’engin décolle en douceur et se maintient immobile à 60 cm du sol. Puis, réduisant la vitesse, le pilote reprend doucement contact avec le sol. 

Ancêtre de l’hélicoptère, le Gyroplane vient de réussir une première mondiale.

Pendant l’hiver 1907-1908, les frères Bréguet améliorent leur invention et réussissent de courts envols. Puis ils construisent un deuxième puis un troisième prototype de Gyroplane qui prend des airs d’aéroplane.

Ce système pour lequel Louis Bréguet prend un brevet le 28 octobre 1908 est un appareil hybride hélicoptère-avion. Invention révolutionnaire, elle  promet de désencombrer les aéroports et grandement faciliter les vols militaires car cet engin évolue à  partir de surfaces réduites.

 

Du Gyroplane expérimental à l’aéroplane produit en série

La voie est prometteuse. Cependant les frères Bréguet optent pour la construction d’aéroplanes. Louis s’investit avec ardeur dans cette voie et présente le Br n°1 au meeting de Reims en 1909. Peu après, les deux frères fondent la Société des Ateliers d’Aviation Louis Bréguet.

Aux commandes d’un appareil de sa construction, Louis décroche le brevet de pilote n° 52, le 19 avril 1910. Présent à tous les meetings, il collectionne les records, notamment celui du 23 mars 1911 où il enlève 11 passagers à bord d’un de ses biplans.

Georges Legagneux est chef-pilote chez Bréguet en 1911.

Quand éclate la Grande Guerre, Louis sert dans l’aviation et réalise des vols de reconnaissance. L’une de ces missions réalisées à la demande de l’état-major le 2 septembre 1914, se révèle capitale pour la bataille de la Marne.

 

Bréguet attache son nom à l’épopée de l’Aéropostale et lance l’aviation scientifique

Poursuivant son activité de constructeur, il connaît un grand succès avec le Bréguet XIV fabriqué à plus de 8.000 exemplaires. Cet avion entièrement métallique, aux performances novatrices pour l’époque, équipe plusieurs flottes alliées et poursuit une carrière civile entre les mains des grands noms de l’Aéropostale, tels que Mermoz, Guillaumet, Daurat, Saint-Exupéry…


Breguet 14 né le 21 novembre 1916, lors du premier vol accompli entre les mains de Louis Breguet lui-même.

 

En visionnaire, Louis imagine voir l’avion devenir moins cher que le train et fonde en 1919 avec son frère, la Compagnie des messageries aériennes pour transporter passagers et marchandises.

Lors du Salon de l’Aéronautique de 1921, le Breguet XIV tient la vedette. Vendu à l’étranger, il est l’avion de tous les records.

                                                            

A partir des années 1930, retour à la passion des hélicoptères…

A partir des années 1930, Louis Bréguet revient à sa passion première : les hélicoptères et fonde le Syndicat d’Etudes du Gyroplane.

Cet engin battra tous les records du monde de vol pour hélicoptère en 1935 et 1936.

Le 24 novembre 1936 après un nombre incalculable d’essais, Maurice Claisse, chef-pilote, parvient pour la première fois au monde à tenir l’air pendant plus d’une heure et à parcourir 44 kilomètres aux commandes de l’un de ces hélicoptères.

Pendant la Seconde guerre mondiale le Breguet 693, aux remarquables performances, sera surnommé « le Lion ».

Puis à l’issue du conflit, Louis Bréguet reprend l’étude de l’avion de transport économique et polyvalent dont il rêve : le Breguet 760 qui équipera Air France.

Entre autres succès, il conçoit et construit le fameux Bréguet 840 à aile soufflée qui épate les Américains par ses possibilités de décollage et d’atterrissage courts.

Louis Bréguet, décédé le 4 mai 1955, est inhumé au cimetière du Père Lachaise.

L’impulsion donnée à son bureau d’études permet notamment de construire l’indémodable Bréguet Atlantic en service dans l’Aéronavale et dans plusieurs pays de l’OTAN.

 

Le génie et l’énergie d’un « bâtisseur de cathédrales »

L’ingénieux et imaginatif Louis Bréguet doit sa notoriété à l’aviation naissante.

Pilote d’essais avisé, il est cependant un terrien très pragmatique, calculateur, intuitif et minutieux, habité par un esprit avant-gardiste.

Transformer la matière et la tester avec exigence est son souci dans l’idée de concevoir, avec chance et grand succès, l’engin de transport adapté aux besoins humains de demain.

Il a l’étoffe d’un « bâtisseur de cathédrales » qui voue sa formidable énergie à travailler la mécanique au service d’une grande œuvre utile pour les déplacements de l’avenir.

 

 

Sources documentaires :
http://www.famillebreguet.com/page1/page13/index.php
http://www.avionslegendaires.net/encyclopedie/constructeur/breguet/

Dictionnaire universel de l’Aviation - Bernard Marck - édition Taillandier

 

En astrologie, d'où vient le goût de voler ? Pour en savoir plus : http://www.janinetissot.com/travaux/aviateurs.html

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page