les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Compositeur et chef d’orchestre réputé des années 1940, il est le 4e mari de Joséphine BAKER.
C’est sous son nom que sont adoptés les douze enfants de la célèbre artiste de Music-hall.

télécharger cet article

 

Jo BOUILLON

Né Joseph Jean Étienne BOUILLON le 3 mai 1908 à 18h à Montpellier Hérault 34
Selon acte n°455 – Archives de Montpellier en ligne – 1 E 138 – vue 118

 Décédé le 9 juillet 1984 à Buenos-Aires Argentine

 

 


Jo Bouillon 1939 - Photo Studio Harcourt

 

Une famille qui baigne dans l’art musical

Chef d’orchestre, il accompagne entre autres Mistinguett et Maurice Chevalier

Jo Bouillon et Joséphine Baker, une union qui fonde leur idéal de fraternité universelle

 

 

Une famille qui baigne dans l’art musical

Ce compositeur, chef d’orchestre et violoniste né d’un père professeur de musique, baigne dans le monde de l’art musical.

Son frère Gabriel (voir ci-dessous) est musicologue comme son père.

La notoriété de Jo Bouillon s’accroît encore quand il devient le 4e mari de Joséphine Baker le 3 juin 1947.

Ensemble, ils achètent le Château des Milandes en Dordogne où, pour vivre pleinement leur idéal de fraternité universelle, ils accueillent douze enfants de nationalité différentes adoptés sous le nom de Bouillon.

Pour Joséphine Baker, ils sont sa « tribu arc-en-ciel ».

 


le Château des Milandes en Dordogne
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Chateau_Milandes.jpg

  

Chef d’orchestre, il accompagne entre autres Mistinguett et Maurice Chevalier

De 1936 à 1947, il est à la tête de l’ensemble Jo Bouillon et son orchestre.


Cliquer sur l'image pour écouter Jo Bouillon et son orchestre dans "Mademoiselle, voulez-vous" en 1944

Après son mariage, il se consacre à l’accompagnement de Joséphine Baker après avoir accompagné d’autres grands noms du music-hall comme Mistinguett ou Maurice Chevalier.

Après la séparation en 1957 et le divorce en 1961, Jo Bouillon s’installe en Argentine et ouvre un restaurant français à Buenos-Aires, ville où il décède en 1984.

Il est inhumé près de Joséphine Baker dans le caveau en granit noir d’Afrique offert par la princesse Grace de Monaco.

 

 

Jo Bouillon et Joséphine Baker, une union qui fonde leur idéal de fraternité universelle

Jo Bouillon et Joséphine Baker avait un bout de route à faire ensemble réunis par le goût de la musique et cette ouverture à toute la diversité du monde humain, via l’influence commune des Gémeaux.

Leur union a permis de donner réalité à leur idéal de fraternité universelle, l’un et l’autre très adaptables au monde ambiant et attirés par l’exotisme des voyages.

Le Taureau Bouillon a permis d’enraciner ce rêve par l’achat du Château des Milandes et l’adoption de leurs 12 enfants qui portent le nom de leur père adoptif nanti d’un réalisme terrien qui fait défaut à Joséphine.

Pour Jo Bouillon, cette artiste est la femme qui concrétise un temps sa propre réussite sociale et développe sa notoriété.

Pour lui, se retirer ensuite dans un restaurant argentin ajoute à l’alchimie de la musique celle de l’art culinaire, chère au Scorpion.

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

  

 

Et son frère

 

Gabriel Charles BOUILLON

Né le 5 mars 1898 à 3h du matin à Montpellier 34 Hérault
Selon acte n°270 – selon AD34 en ligne – 5 MI58/18 – vue 69/488

 Décédé le 19 juillet 1984 à Paris 15e

 

Gabriel Georges Bouillon, violoniste classique est professeur de violon au Conservatoire de Paris.

Parmi ses élèves figurent Sylvie Gazeau, Colette Lequien et Yvonne Lephay-Belthoise.

Sa visite en Argentine à Manuel de Falla, trois semaines avant sa mort en 1946, lui permet de relater à l’hebdomadaire Le Littéraire, à son retour en France, l’oratorio « Atlantida » du grand compositeur espagnol. Ce manuscrit inachevé sera complété par Ernesto Halffter, autre compositeur espagnol.

Gabriel Bouillon a fondé son propre quatuor à cordes dans les années trente.

 

 

Gabriel BOUILLON


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page