les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Journaliste et historien de la Franc-maçonnerie, ce libertaire anarchiste consacre sa vie à constituer un fichier exceptionnel des Francs-Maçons des origines jusqu’en 1850.

télécharger cet article

 

Jean BOSSU

Né Jean Louis Urbain BOSSU le 16 mars 1911 à 19h à Reims Marne 51
Selon acte n°523 – Arch. Municipales de Reims en ligne – naissances 1911 - vue 148/728

 Décédé le 23 septembre 1985 à Epinal Vosges 88

 

 

Fils d’un procureur de la République et d’une compositrice

Sa timidité maladive lui fait renoncer à la carrière juridique

Journaliste libertaire et anticlérical, il collabore à diverses publications

Auteur d’un fichier sur les Francs Maçons des origines jusqu’en 1850.

Curieux, intuitif et ardent combattant de la liberté humaine, il laisse une œuvre unique

 

 

Fils d’un procureur de la République et d’une compositrice

Né de Louis Bossu procureur de la République, il est issu d’une vieille famille bourgeoise originaire des Vosges du 17e siècle, qui passe de la meunerie à la magistrature.

De son père, il apprend l’indépendance d’esprit, la rigueur intellectuelle, ainsi que la passion de l’histoire et le goût de la recherche.

Sa mère, Marie Way, chrétienne pleine de tolérance, est compositrice de musique pour piano et violon.

 

Sa timidité maladive lui fait renoncer à la carrière juridique

Après des études secondaires à Chambéry où il a comme professeur l’historien catholique et futur académicien Daniel-Rops, il débute des études de droit à la faculté de Dijon. Mais une timidité maladive le pousse à renoncer à la carrière juridique.

« Par ailleurs, je n’ai jamais rien eu d’un orateur. Mon timbre de voix qui amène volontiers un sourire chez les gens qui me parlent m’a toujours créé une sorte de complexe de timidité qui m’a fait fuir les associations. Mais mon métier consistant à enregistrer les paroles des autres et non à parler moi- même, je ne pouvais pâtir en l’exerçant de cette petite infirmité».

 

Journaliste libertaire et anticlérical, il collabore à diverses publications

Dès l’âge de 18 ans, il devient libre-penseur et entre en contact avec la Fédération des Libres-Penseurs.

Il s’adonne au journalisme et collabore notamment à l’hebdomadaire L’Est Illustré de Nancy.

Il se fait compagnon de route du mouvement libertaire et rédige de courtes biographies des principaux militants anarchistes et révolutionnaires notamment Elisée Reclus, Jean Allemane, Garibaldi et Michel Bakounine, dix années de sa vie.

Assez vite, on le charge de la rubrique littéraire de la revue L’Idée Libre fondée par André Lorulot.

Dès le début de  la Seconde Guerre mondiale, mobilisé dans l’aviation, il fonde Rase-motte, revue de l’Armée de l’Air dont il devient rapidement le rédacteur en chef. Mais à la Libération, il s’en éloigne pour se consacrer au militantisme anticlérical.

 

Auteur d’un fichier sur les Francs Maçons des origines jusqu’en 1850.

Fils et petit-fils de Franc-maçon, et lui-même initié, il devient un spécialiste de l’histoire de la Maçonnerie.

Ce travail de chercheur l’occupera toute sa vie.

Auteur d’un exceptionnel fichier – baptisé fichier Bossu - de 165.896 notices de Francs-Maçons depuis les origines jusqu’en 1850, ce remarquable historien et homme de lettres est apprécié des généalogistes et chercheurs en histoire.

Son excellente connaissance des mouvements révolutionnaires français de la première moitié du 19e siècle l’amène à relancer la Société d’Histoire de la Révolution de 1848 fondée en 1904 et reconnue d’utilité publique en 1933.

Jean Bossu lègue ses archives personnelles aux Archives départementales des Vosges et le Fichier Bossu rejoint la Bibliothèque Nationale de France. Il est désormais consultable en ligne sur Internet.

 

Sources documentaires :
http://lamaconne.over-blog.com/2016/05/jean-bossu-1911-1985.html
Fichier Bossu consultable en ligne de 1750 à 1850 :
http://fichier-bossu.fr/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Bossu_(historien)
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article156168

 

 

Curieux, intuitif et ardent combattant de la liberté humaine, il laisse une œuvre unique

Ce natif des Poissons imprégné des valeurs de la Balance se fait réceptif à toutes les idées, et sensible à la justice et l’équité sociale. C’est sans doute ce qui le motive quand il relance la Société d’Histoire de la Révolution de 1848.

Combatif intransigeant au nom d’un humanisme d’avant-garde, il est si attaché à l’indépendance et la liberté qu’il est tout naturellement conduit vers la pensée libertaire qui prône la négation du principe d’autorité dans l’organisation sociale.

Habité par une grande curiosité d’esprit – valeur prisée pour le journalisme – les tâches de grande ampleur l’inspirent. La constitution de son fichier Franc-maçon en est une illustration.

On peut le qualifier de combattant intuitif et chevaleresque qui milite sa vie durant au nom de valeurs qui lui sont chères et qu’il estime indispensables pour l’avenir humain.

 


Symboles maçonniques sur l’épée de Lafayette

https://fr.wikipedia.org/wiki/Franc-ma%C3%A7onnerie#/media/File:LaFayetteMasonicSword.png

 

 


(Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page