les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Le side-car est né en France grâce à cet inventeur, armurier de l’armée française, qui dépose un premier brevet en 1892.

télécharger cet article

 

Jean BERTOUX

Né le 4 août 1856 à 1h du matin à Torcy 71 Saône-et-Loire
Selon acte n°26 – AD71 en ligne – 5 E 540/7 – vue 39/215

 


"Faust et le side-car Bertoux

 

De l’armurerie à la mécanique des déplacements

Transporter une passagère avec un vélo, quelle belle aventure !

Invente l’ancêtre du side-car commercialisé ensuite par les Anglais

Amateur de voyage, il invente ce qui facilite la mobilité

 

 

De l’armurerie à la mécanique des déplacements

Né d’un père machiniste sur train à vapeur de la compagnie P.L.M., Jean Bertoux en a sans doute hérité le goût pour la mécanique.

Engagé dans l’armée, il devient chef armurier au 46e Régiment d’Infanterie à Fontainebleau. Il travaille sur le fusil Lebel qui équipera l’armée française jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

Comme beaucoup d’autres ingénieux mécaniciens de cette époque, il se met à construire une automobile.

Puis, Bertoux imagine que la bicyclette mérite d’être améliorée pour transporter un passager. C’est à cela qu’il travaille. Il va réaliser le premier side-car qui se fixe sur… un vélo (les motos ne sont pas encore au point). Une troisième roue fixée dans l’axe de la roue arrière de la bicyclette et reliée par une tige de fer. Il ne reste plus qu’à installer entre les deux roues, un siège suspendu par des ressorts.

Et voici que prend forme l’ancêtre du side-car. Bertoux le baptise simplement « siège de côté ».

 

 

Transporter une passagère avec un vélo, quelle belle aventure !

A voir les dessins illustrant cette invention, on imagine que le passager était plutôt une passagère, une sorte de Juliette subjuguée par un irrésistible et intrépide Roméo chevauchant cet engin révolutionnaire pour emporter avec puissance sa belle châtelaine vers un paradis princier. Au grand dam d’un jeune voiturier qui ne peut retenir sa passagère qu’il devait sans doute conduire vers une destination plus ennuyeuse.

A moins qu’il ne s’agisse d’un impatient roturier pressé de soustraire sa dulcinée de quelque prison dorée, pour une étourdissante aventure amoureuse.

Le 27 septembre 1892, Jean Bertoux dépose un brevet pour une durée de quinze ans. Son invention consiste à transformer toute bicyclette en tricycle pour deux personnes.

 

 

Invente l’ancêtre du side-car commercialisé ensuite par les Anglais

D’abord, installé dos à la route, le siège passager opère un  virage à 180° : et le 8 août 1893, il modifie son brevet afin que pilote et passager regardent dans la même direction. Mieux, il l’améliore en faisant que la roue latérale contribue à propulser le tricycle.

Le side-car à roue motrice vient d’être inventé.

Il faut attendre quasi une décennie pour voir le side-car tel qu’on le connaît aujourd’hui. En effet, l’invention de Bertoux est commercialisée en Angleterre par la firme Mills and Fulford puis par les frères Graham qui déposent le brevet d’invention en Angleterre puis en France en 1903.

 

Sources documentaires :
http://www.appeldephare.com/motos/bertoux/bertoux.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tricar

 

 

Amateur de voyage, il invente ce qui facilite la mobilité

Clairvoyant  et ingénieux, Jean Bertoux aime les déplacements et s’intéresse naturellement à tout ce qui peut favoriser la mobilité et la liberté qui lui sont chères. Ainsi, il consacre son génie de la mécanique à la voiture et à la bicyclette.

Son côté scientifique imaginatif et intuitif, lui permet de trouver vite le moyen d’améliorer la vélocité et le confort de ses engins.

Visionnaire optimiste et audacieux, il a l’étoffe d’un leader à l’esprit clair qui se lance avec sang-froid dans des inventions utiles pour son temps.

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page