les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Ce prénom  fait la gloire des premières machines volantes.
Quand l’ingénieur motoriste Levavasseur décide de construire un aéroplane, il l’appelle « Antoinette » en l’honneur de la fille de son ami Gastambide, son associé et mécène.

télécharger cet article

« ANTOINETTE »

(Emilie Léonie Antoinette GASTAMBIDE dite Antoinette GASTAMBIDE)

née le 10 mars 1888 à 3h20 du matin à Paris 8e
Source : état-civil en ligne Paris acte n°432

décédée le 14 juin 1976 à 7h à Paris 17e

  

 

 

Pour qui s’intéresse aux pionniers de l’air, « Antoinette » évoque le 1er vol du plus lourd que l’air. Le souvenir des aéroplanes et moteurs « Antoinette » est immortalisé par des audacieux tels Santos-Dumont, Farman, Latham, Marie Marvingt, Legagneux

Un jour de 1903, Antoinette, jeunette de 15 ans, se trouve en vacances à Etretat en compagnie de son père et lors d’une promenade sur la falaise, ils rencontrent l’ingénieur Levavasseur. Jules Gastambide, admire beaucoup cet ingénieux motoriste, connu quelques années plus tôt en Algérie.

Ce jour-là, Levavasseur annonce son intention de construire un aéroplane :

-          Ah ! dit Gastambide, songeur et qu’est-ce-que c’est un aéroplane ?

-          C’est une machine qui a deux ailes comme un oiseau. C’est plus lourd que l’air et ça vole. Mais je’ ne peux pas faire cela tout seul, ajouta Levavasseur ; voulez-vous m’aider ?

D’emblée, Gastambide, y croit :

-          C’est entendu, dit-il simplement.

Alors, se tournant vers la jeune demoiselle, Levavasseur ajoute :

-          Nous l’appellerons « Antoinette » en l’honneur de votre fille et je suis sûr qu’elle nous portera bonheur.

La jeune Antoinette, toute fière, s’empresse d’aller raconter la chose à ses camarades.

-          Vous ne savez pas. Mon papa va faire une machine qui ira très haut en l’air, qui passera par-dessus les arbres et par-dessus les maisons.

-          Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Tu es complètement folle !

Voilà Antoinette ridiculisée… et même battue !

Pendant ce temps, les deux hommes se mettent au travail sans perdre de temps et un moteur « Antoinette » équipe, dès le printemps 1905, le canot de course piloté par Hubert Latham au meeting de Monaco.

 

Levavasseur est le premier à produire des moteurs légers et puissants, indispensables au développement de l’aviation.

En 1906, Alberto Santo-Dumont, qui a entendu parler du moteur « Antoinette », en fait équiper l’aéronef de sa fabrication le 14bis, et réalise dans le parc de Bagatelle, près de Paris, plusieurs vols mémorables. Dans ce vol public, est homologué le 1er record du monde de l’aviation.

Le 23 octobre, il gagne le prix Archdeacon en volant 60 mètres, après 200m de roulage au sol.

Enfin le 12 novembre, il réussit un vol de 220m à 5 ou 6 mètres de hauteur, ce qui lui vaut le prix de l’aéro-club de France, en présence d’une foule considérable.

Et parmi les spectateurs enthousiastes, il y a Jules Gastambide et sa fille Antoinette, celle-ci se souviendra toujours de l’étrange spectacle des chronométreurs allongés à plat ventre pour bien saisir le moment où les roues quittaient le sol….

En mai 1906, Levavasseur et Gastambide fondent à Puteaux, la Société des Moteurs Antoinette et parmi les mécaniciens, il y a Georges Legagneux, comme metteur au point.

 

Aéroplane « Antoinette » produit par Levavasseur-Gastambide – 1908

 

Devenue vieille dame, élégante, pleine de vie, de gaieté et d’humour, Antoinette évoque son père, un homme merveilleux, simple, enthousiasmé par toute nouveauté, littérateur à ses heures.

On sait qu’Antoinette, par ailleurs, portraitiste de grands talents, possédait une merveilleuse collection de photographies des premiers fous volants dans leurs drôles de machines. 

Son fils, Francis Guex, producteur radio-Télévision sera l’époux de Jacqueline Huet présentatrice TV.

 

Antoinette, témoin des évènements fabuleux du début de l’aviation a son prénom attaché pour toujours à la première grande réussite française dans le domaine de la construction aéronautique.

 

 

Sources documentaires :

L’étrange race des hommes volants par le Général Barthélémy, éditions France-Empire et Généanet en ligne

 

 

En astrologie, d'où vient le goût de voler ? Pour en savoir plus : http://www.janinetissot.com/travaux/aviateurs.html

 

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)


Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page