les Actus DN
en collaboration avec la FDAF - www.fdaf.org

 

accueilindex alphabétiquepar thèmesles dossiers

 

Elle est la 1ère femme officier général en France.
Et la femme la plus décorée de France.
Quel palmarès pour cette résistante, médecin militaire et pilote d’hélicoptère !

télécharger cet article

 

Valérie Marie ANDRÉ

Née le 21 avril 1922 à 2h30 à Strasbourg 67 Bas-Rhin
Source : état-civil acte n°1248

 

 

 

Emballée par la vie militaire pour l’esprit de fraternité et de chevalerie

 Je serai aviatrice !

Il n’y a rien de plus magnifique que d’aider quelqu’un en difficulté

Quand on est motivé, tout semble simple !

Quand on aime quelque chose, on s’accroche et on le fait bien !

Femme d’avant-garde au service de l’humain

 

 

Emballée par la vie militaire pour l’esprit de fraternité et de chevalerie

Cette femme menue et pesant 45 kg n’en impose pas par sa carrure mais pas ses multiples talents et un caractère bien trempé. Première femme pilote d’hélicoptère, elle compte 496 missions de guerre en Indochine et Algérie et l’évacuation de 165 blessés.

Première femme officier général en France, elle reçoit ce titre le jour de son anniversaire en 1976. C’est grisant ! se souvient cette femme la plus décorée de France.

Elle se dit emballée par la vie militaire où elle trouve l’esprit de corps, de fraternité, d’aventure et de chevalerie. Pour elle, ce dévouement fait la noblesse de l’engagement véritable.

Lors de sa fin de carrière en 1981, elle totalise 4200 heures de vol y compris lors de ses campagnes d’Indochine et d’Algérie.

 

 Je serai aviatrice !

Comme une idée fixe, c’est ce qu’affirme l’enfant Valérie André à ses parents qui se disent : ça lui passera !

Dans un temps où l’aviation populaire s’envole, dès 17 ans elle apprend à piloter sur un avion Potez dans l’aéro-club de Strasbourg.

Mais  au printemps 1940, lors de l’invasion allemande, elle quitte son Alsace natale pour rejoindre Clermont-Ferrand où est transférée la faculté de médecine de l’université de Strasbourg.

Le diplôme de médecine en poche, elle décroche aussi son brevet de parachutiste en 1948, année où elle commence à devenir pilote et médecin militaire.

Autant dire qu’elle est un oiseau rare dans le monde militaire d’alors.

Face à la pénurie de médecins militaires, il est proposé aux étudiants de servir en Extrême-Orient. C’est ainsi que Valérie André rejoint avec enthousiasme l’Indochine pendant l’hiver 1948-1949 où elle est médecin militaire puis adjointe de neurochirurgie à l’Hôpital de Saïgon.

C’est la guerre d’Indochine où l’Armée française perdra 75.000 hommes entre 1946 et 1954.

 

 

Il n’y a rien de plus magnifique que d’aider quelqu’un en difficulté

Comme elle est parachutiste, sa hiérarchie l’amène à se former comme chirurgien de guerre pour servir dans une zone frontalière avec le Laos que l’on n’atteint que par parachutage. Là, au péril de sa vie, elle sauve les blessés en territoire hostile, ce qui lui vaut l’admiration de tous.

Considérant que l’hélicoptère est l’outil idéal pour le sauvetage des blessés depuis les postes les plus reculés, elle retourne en France pour obtenir à 30 ans la licence de pilote d’hélicoptère. Parmi ses moniteurs, il y a l’un des plus célèbre pilote de guerre le colonel Alexis Santini, pionnier de l’hélicoptère dans l’Armée et qui deviendra son mari en 1963.

A cette époque l’hélicoptère était vulnérable et complexe à piloter, se souvient-elle.

Nantie du 1er brevet civil de pilote d’hélicoptère, elle évacue les blessés en étant seule à bord avec deux brancards dans des bulles de chaque côté de l’appareil et sans liaison possible avec le pilote une fois l’appareil en vol. Dès lors commence une activité incessante, souvent dangereuse, elle affronte des conditions insoutenables pour arracher les blessés à la mort. Légionnaires et parachutistes lui donnent la réputation de Saint-Bernard.

C’est une « vie extraordinaire » pour cette jeune femme qui rêvait d’être médecin et de piloter un avion.

 

Quand on est motivé, tout semble simple !

Cette femme qui a servi en Indochine de 1948 à 1954, puis en Algérie de 1959 à 1962, termine sa carrière militaire en décembre 1981 avec le grade de médecin général inspecteur du Service de Santé des armées avec les trois étoiles de général de division.

Valérie André qui a dû se faire une place dans le milieu masculin de l’Armée constate que l’émancipation des femmes a été très progressive.

Militante pour l’accès des femmes à toutes les fonctions militaires, elle fait partie en 1982 de la Commission de la femme militaire mise en place par Charles Hernu, ministre de la Défense.

Elle est la 3e femme à recevoir la Grand-croix de l’Ordre national de la Légion d’honneur après Geneviève de Gaulle-Anthonioz et Germaine Tillion.

 
Inauguration de la place Valérie André à Brétigny-sur-Orge. Source : Wikipedia

 

Quand on aime quelque chose, on s’accroche et on le fait bien !

En 1953, affectée au Centre de vol expérimental de Brétigny-sur-Orge chargé de fournir une assistance médicale aux équipages, elle obtient notamment la qualification pour le pilotage de l’avion d’entraînement Morane-Saulnier.

Outre sa participation à divers vols expérimentaux, elle contribue à la création du laboratoire de médecine aérospatiale.

Après sa campagne d’Algérie, elle est d’abord chirurgienne sur la base aérienne de Villacoublay, puis conseillère auprès du Commandement du transport aérien militaire (COTAM) et à ce titre parcourt le monde pendant 5 ans.

Membre fondateur de l’Académie de l’Air et de l’Espace de Toulouse en 1983, c’est le président de la République Jacques Chirac qui lui remet en 1999 la Grand-croix de l’Ordre national du Mérite. Elle est la 1ère Française à recevoir cette décoration.

 

Sources documentaires et liens :
- Les Français du Ciel,
dictionnaire historique Le Cherche Midi
- Dictionnaire universel de l’aviation
Bernard Marck éditions Taillandier
- Wikipédia

 

Lien vers vidéos youtube :

https://www.youtube.com/watch?v=45KHvYlcWq4

https://www.youtube.com/watch?v=tQQVDO82mJ8

https://www.youtube.com/watch?v=YdiO5sGdTSE

 

 

Femme d’avant-garde au service de l’humain

Valérie André incarne superbement les valeurs du Verseau qui l’influence et en font une femme pionnière qui ose faire ce qui ne s’est encore jamais fait, au service de l’humain et le plus souvent à l’étranger.

Tout son parcours de vie illustre cet esprit révolutionnaire qui trace en premier le chemin pour le bien du devenir humain et pour sa dignité, quels que soient les obstacles.

Tout naturellement, elle s’investit pour faire avancer la cause des femmes, peu présentes ni reconnues au sein de l’armée.

Par l’influence conjointe du Taureau et du Bélier, la voilà bâtisseuse infatigable et pleine d’idées pour sauver la vie des soldats, dans un contexte guerrier qui stimule sa détermination.

La médecine, le parachutisme puis le pilotage d’hélicoptère pour sauver les blessés dans des zones de combat à l’accès difficile illustrent son tempérament aussi solide et organisé, qu’intrépide et d’avant-garde.

La Balance et son art de l’équilibre l’amène à avoir le goût pour le pilotage aérien.

Par l’influence secondaire des Poissons, cette humaniste-née est faite pour voler au secours de tous les soldats blessés tout en appréciant l’ambiance communautaire de chevalerie fraternelle qu’elle trouve dans l’armée.

En femme pionnière, énergique et déterminée, cette mission l’enthousiasme et elle y consacre toute son énergie.

 

Avec Valérie André quelle belle illustration des valeurs humanistes du Verseau

et de la puissance constructive du Taureau !

 

 

Merci à Jean de m’avoir mis sur la piste de cette femme d’exception.

 


(
Logiciel AUREAS AstroPC Paris)

 

En astrologie, d'où vient le goût de voler ?

Pour en savoir plus :

https://www.janinetissot.com/2019/11/12/les-pionniers-de-laviation/

 

 

Retrouvez l'acte sur les Archives Départementales Françaises en ligne

haut de page